samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Washington espionnerait des dirigeants de l’ONU

Washington espionnerait des dirigeants de l’ONU

Nouvelobs.com

lundi 29 novembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Les Nations unies demandent le respect de ses immunités de la part des pays membres, après la diffusion par WikiLeaks de documents évoquant un espionnage par les Etats-Unis.

L’ONU compte sur le respect de ses immunités de la part des pays membres, a affirmé dimanche 28 novembre un de ses porte-paroles, à la suite de la publication de documents américains selon lesquels Washington demanderaient à ses représentants d’espionner les dirigeants de l’organisation.

"L’Onu n’est pas en mesure de commenter l’authenticité du document qui demanderait la collecte d’informations sur les fonctionnaires de l’Onu et leurs activités", indique le porte-parole dans un communiqué, après la publication par plusieurs quotidiens de documents révélés par le site WikiLeaks.

Le journal britannique The Guardian a notamment écrit que le département d’Etat a demandé dans une directive à ses diplomates de reccueillir des informations sur "le style de travail et de prise de décision" du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon.

Selon le quotidien londonien, Washington réclame également des informations très précises sur des fonctionnaires des Nations unies : numéros de carte bancaire, adresses électroniques, numéros de téléphone et même numéros de carte de fidélité auprès de compagnies aériennes.

"Une organisation transparente"

"L’Onu est de par sa nature même une organisation transparente qui fait grand cas de mettre l’information sur ses activités à la portée du public et des pays membres", affirme le communiqué.

"Les fonctionnaires de l’Onu rencontrent régulièrement les représentants des pays membres pour les informer de ses activités", ajoute-t-il.

Le communiqué souligne que la charte de l’ONU, aux termes de laquelle son siège a été établi à New York et la Convention des Nations unies de 1946 garantissent "les privilèges et les immunités" de l’organisation.

"L’Onu compte sur le respect par les Etats membres de ces différents accords", ajoute le communiqué, sans mentionner les Etats-Unis.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :