mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’armée recommande à ses soldats de ne pas lire les documents publiés (...)

L’armée recommande à ses soldats de ne pas lire les documents publiés par WikiLeaks

AFP

dimanche 5 décembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Dans un avertissement mis en ligne sur le réseau internet utilisé par ses troupes en Irak, l’armée américaine déconseille à ses soldats de lire ou de transmettre les documents publiés par WikiLeaks depuis dimanche.

L’armée américaine a mis en ligne sur le réseau internet utilisé par ses troupes en Irak un avertissement contre la consultation des documents publiés par Wikileaks, dans le but de tenir ses soldats à l’écart de ces révélations, a annoncé samedi une porte-parole.

Cette mise en garde apparaît automatiquement depuis vendredi sur le réseau de l’armée, NIPRNet, quand l’utilisateur tente notamment d’accéder à certains sites d’information. Elle déconseille aux militaires de lire, télécharger ou transmettre les contenus de Wikileaks, laissant entendre que cela pouvait être illégal.

"Conformément aux règles du ministère de la Défense (...) tout le personnel doit éviter de consulter sur le NIPR des articles des publications de Wikileaks", indique le message.

Mais l’armée n’a pas bloqué internet, a affirmé une porte-parole.

"Les Forces américaines en Irak (USF-I) n’ont bloqué aucun site", a déclaré le sergent Kelli Lane, dans un courriel à l’AFP.

"L’armée a mis en ligne un avertissement du fait de la facilité avec laquelle les publications de documents secrets par Wikileaks peuvent être consultées sur internet", a-t-elle ajouté.

Elle a précisé qu’il ne s’agissait que d’une mise en garde, qui n’empêchait pas les militaires d’accéder aux sites d’information. Elle n’a pas donné de précision sur le nom des sites concernés par cet avertissement.

WikiLeaks a commencé ces derniers jours à publier une partie de 250.000 câbles diplomatiques américains, provoquant une onde de choc dans les chancelleries du monde entier.

Mme Lane a indiqué que l’armée américaine n’avait pas adressé de mises en garde à ses internautes lors des précédentes publications de documents confidentiels par WikiLeaks.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :