samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Visite en Inde du président russe : la défense et le nucléaire dans le (...)

Visite en Inde du président russe : la défense et le nucléaire dans le viseur

AFP

mardi 21 décembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le président russe Dimitri Medvedev est arrivé mardi en Inde pour une visite centrée sur les accords commerciaux et le juteux secteur de la défense, dans le sillage des dirigeants venus récemment courtiser l’une des économies les plus florissantes au monde.

Partenaire historique de l’Inde dans la défense, la Russie doit aujourd’hui faire face à une rude concurrence européenne et américaine depuis que New Delhi cherche à diversifier ses sources d’approvisionnement et se montre plus exigeante sur les prix et la qualité du matériel militaire.

Dimitri Medvedev est le dernier dirigeant d’une liste de personnalités à se rendre en Inde depuis novembre, après le Premier ministre chinois Wen Jiabao, le président français Nicolas Sarkozy et le président américain Barack Obama.

Chaque visite fut l’occasion pour les dirigeants d’annoncer des accords ou des protocoles d’accords de plusieurs milliards de dollars.

Le président russe devrait à son tour vouloir sceller des accords pour la fourniture d’avions de combat ou la construction de centrales nucléaires.

Dans un entretien publié lundi dans le Times of India, M. Medvedev affirme considérer la concurrence accrue dans le secteur de la défense avec "sérénité et pragmatisme", ajoutant que son pays est "prêt à rivaliser".

L’Inde est devenu un pays actif sur le marché de l’armement en raison de ses préoccupations croissantes concernant la puissance militaire chinoise, rival traditionnel de New Delhi, et l’expansion de sa sphère d’influence.

D’ici à 2016, l’Inde devrait dépenser pas moins de 112 milliards de dollars dans la défense, un budget qui devrait créer des opportunités pour l’industrie nationale à hauteur de quelque 30 milliards de dollars, selon une récente étude du cabinet-conseil KPMG.

M. Medvedev aura à coeur, entre autres dossiers, de pousser l’offre russe pour la livraison de 126 avions de combat, un contrat potentiel de 12 milliards de dollars. Avec son MiG-35, la Russie est en concurrence avec cinq autres poids lourds mondiaux de l’aéronautique.

Il devrait en outre chercher à finaliser un accord pour un projet commun de développement d’avions de chasse de cinquième génération, qui devrait rapporter quelque 30 milliards de dollars à Moscou.

Selon les analystes, même si New Delhi cherche à construire de nouveaux partenariats avec d’autres pays, la Russie pourrait conserver l’avantage grâce aux liens étroits qu’elle a noués avec l’Inde depuis les années 1950.

"L’Inde doit garder à l’esprit le fait que dans cet ordre mondial changeant et complexe, préserver la confiance d’un soutien de poids est très important pour répondre aux défis qui pourraient se profiler", estime Pallavi Pal, chercheur à l’Institut d’études et d’analyses sur la défense, basé à New Delhi.

Sur le front du nucléaire, la Russie, qui construit déjà deux réacteurs dans l’Etat du Tamil Nadu (sud), cherche à conclure un accord pour deux unités supplémentaires.

Le marché indien du nucléaire attire les fabricants : le poids lourd asiatique voudrait se doter d’une capacité de production nucléaire de 63.000 mégawatts à l’horizon 2032, contre 4.560 MW actuellement.

Le président russe devrait s’entretenir mardi avec le Premier ministre Manmohan Singh avant de se rendre le lendemain dans la capitale financière, Bombay, où il devrait prendre un moment en privé pour visiter un studio de cinéma.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :