mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le FBI à la recherche des pirates informatiques pro-WikiLeaks

Le FBI à la recherche des pirates informatiques pro-WikiLeaks

TSR.ch

lundi 3 janvier 2011, sélectionné par Spyworld

logo

La police fédérale américaine, le FBI, s’est lancé à la recherche des pirates informatiques qui avaient paralysé au début du mois des sites comme PayPal, considérés comme hostiles au site WikiLeaks, selon un site internet d’informations.

Le site The Smoking Gun a publié cinq pages d’un document du FBI relatant une opération des agents fédéraux américains en Europe, au Canada et aux Etats-Unis, à la poursuites des "militants d’internet" qui s’en étaient pris à "des entreprise perçues comme des ennemies de WikiLeaks."

Au début du mois, les sites internet de Paypal (groupe eBay), Visa, Mastercard et d’autres sociétés de paiement ayant suspendu leurs versements à WikiLeaks avaient été momentanément mis hors service par des partisans du site internet spécialisé dans la divulgation d’informations classées secrètes.

A la mi-décembre, le FBI a trouvé des adresses internet liées à ces attaques au Canada, puis en Californie, où se trouvait un serveur virtuel associé à l’une de ces adresses.

Vers la même période, une enquête parallèle sur les attaques pro-Wikileakds menée par la police fédérale allemande (BKA) avait découvert que d’autres ordres d’attaques de déni de service (consistant à paralyser des sites avec des demandes de consultation massives) venaient d’une adresse internet localisée chez un hébergeur de serveurs au Texas (sud des Etats-Unis).

Cette société texane a fait l’objet d’une perquisition du FBI le 16 décembre, selon les documents obtenus par The Smoking Gun. A cette occasion, les agents ont copié deux disques durs, "mais les documents judiciaires ne détaillent pas ce qu’ils y ont trouvé, ni si les informations ont permis d’identifier un suspect, ou peut-être de poursuivre la piste électronique".

Les enquêtes du FBI se poursuivent, et sont coordonnées par les antennes de la police fédérale en Californie.

Le FBI restait injoignable vendredi pour commenter ces informations.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :