vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > WikiLeaks se dit certain d’être visé par une enquête pour (...)

WikiLeaks se dit certain d’être visé par une enquête pour espionnage

Rita Devlin Marier, AFP

samedi 8 janvier 2011, sélectionné par Spyworld

logo

Le gouvernement des Etats-Unis a réclamé les détails du compte Twitter du fondateur de Wikileaks Julian Assange et de trois de ses sympathisants, d’après des documents officiels américains, ce qui prouve selon Wikileaks l’existence d’une enquête pour espionnage à son encontre.

Les Etats-Unis ont "réclamé les messages privés, les contacts, les adresses IP et des détails personnels sur le compte de Julian Assange et de trois autres personnes associées à WikiLeaks (...)", a annoncé WikiLeaks dans un communiqué.

Le site internet, qui s’est attiré les foudres des Etats-Unis en étalant au grand jour des milliers de câbles de la diplomatie de ce pays, a précisé que ces trois personnes n’avaient jamais travaillé pour WikiLeaks.

D’après des documents obtenus par l’AFP, un tribunal de district d’Alexandria, dans l’Etat américain de Virginie, a adressé le 14 décembre 2010 une injonction au site de micro-blogging Twitter demandant des informations, que les juges qualifient de "pertinentes" dans le cadre d’"une enquête criminelle en cours".

Les informations requises concernent les comptes Twitter de "Julian Assange ; Bradley Manning ; Rop Gongrijp ; Birgitta Jonsdottir pour la période allant du 1er novembre 2009 à aujourd’hui".

Autorisé le 5 janvier par le tribunal à rendre publique cette injonction, Twitter en a informé deux jours plus tard, donc vendredi, la députée islandaise Birgitta Jonsdottir : le site lui a fait savoir que, en l’absence de notification dans les dix jours par l’intéressée de l’ouverture d’une procédure judiciaire en vue de contester la requête des Etats-Unis ou d’un règlement à l’amiable, il fournirait les informations demandées.

"Twitter a réellement combattu cela (l’injonction américaine) au nom de ses clients parce que de telles informations ne devraient vraiment pas être transmises", a dit samedi à l’AFP Mme Jonsdottir.

La députée a déclaré avoir contacté le ministre islandais de la Justice pour qu’il examine cette affaire et souhaiter rencontrer l’ambassadeur des Etats-Unis à Reykjavik pour se plaindre.

Dans son communiqué, WikiLeaks estime avoir "des raisons de croire que Facebook et Google, entre autres, ont reçu des injonctions similaires de la justice" américaine.

Condamnant le procédé, Wikileaks a entrepris de s’adresser à des "avocats américains", selon la même source, et a exhorté Twitter à protéger les données privées de ses utilisateurs.

Pour WikiLeaks, la preuve est faite : "l’existence d’une enquête secrète pour espionnage menée par un grand jury américain est aujourd’hui confirmée pour la première fois par la révélation de l’injonction".

La formation d’un grand jury est strictement confidentielle aux Etats-Unis. Si l’information est vraie, cela signifie qu’une inculpation pourrait être imminente.

Julian Assange, 39 ans, de nationalité australienne, se trouve en Grande-Bretagne dans l’attente d’une éventuelle extradition vers la Suède, où la justice le réclame pour une présumée affaire de moeurs.

Lui-même est convaincu qu’il risque d’être extradé aux Etats-Unis et qu’un grand jury, chargé de formuler les accusations à son encontre, a été formé.

Les deux autres comptes Twitter dans le collimateur des autorités américaines concernent des personnes ayant "aidé WikiLeaks à rendre publique la vidéo d’un meurtre collatéral montrant l’équipage d’un hélicoptère américain fêtant la mort de civils", selon le communiqué de WikiLeaks.

La diffusion en avril 2010 de cette vidéo classée secrète sur laquelle on voit un hélicoptère Apache tirant à Bagdad et tuant plusieurs personnes, en 2007, a contribué à faire connaître WikiLeaks.

"Après avoir tenté de réduire WikiLeaks au silence en faisant pression sur Paypal, Visa et Mastercard pour lui couper les vivres, le gouvernement américain porte maintenant atteinte à la vie privée de plusieurs partisans les plus connus du site", a déploré Julian Assange, cité dans le communiqué.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :