jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Ecoutes illégales : Tony Blair et Gordon Brown pourraient avoir été (...)

Ecoutes illégales : Tony Blair et Gordon Brown pourraient avoir été espionnés

Le Monde, avec AFP

dimanche 23 janvier 2011, sélectionné par Spyworld

logo

Le scandale des écoutes téléphoniques illégales qui a coûté son poste vendredi au directeur de la communication de David Cameron était "une pratique courante" dans les tabloides britanniques, selon des déclarations d’un avocat reprises dimanche dans la presse nationale. Mark Lewis indique représenter les intérêts de quatre personnalités, qui se disent victimes d’écoutes téléphoniques illlégales de la part d’organes de presse entre 2005 et 2008. Evoquant ces écoutes, il assure que, "c’était presque un jeu d’enfant. C’était une pratique courante".

Selon le Sunday Times, deux des victimes seraient des acteurs de série télévisées. Leurs téléphones mobiles auraient été mis sur écoutes pour obtenir des informations confidentielles sur les scénarios. Mais généralement, les écoutes téléphoniques avaient pour but de nourrir les pages "people" des tabloides, dont c’est le fond de commerce.

Le chef de la communication du premier ministre David Cameron, Andy Coulson, a démissionné vendredi après avoir été la cible de critiques depuis des mois sur son rôle exact dans les multiples écoutes téléphoniques de personnalités menées illégalement dans les années 2005-06 par le tabloïde News of the World, dont il était alors rédacteur en chef.

Andy Coulson avait été nommé en 2007 par M. Cameron, juste après sa démission de News of the World, qui appartient au groupe de Rupert Murdoch, News Corp. News of the World, premier tabloïde dominical britannique, est accusé d’avoir mis sur écoutes des membres de la famille royale, des hommes politiques ainsi que des stars.

Selon le dominical The Independent on Sunday, les anciens premiers ministres Tony Blair et Gordon Brown ont tous les deux demandé à la police s’ils figuraient parmi les personnalités mises sur écoutes illégalement. L’un et l’autre ont refusé de commenter cette information. Le député travailliste Chris Bryant, lui même victime d’écoutes, a mis en cause à plusieurs reprises la police, à qui il reproche d’avoir sous estimé l’affaire.

Le nombre des personnes écoutées avoisinerait les 3 000 et comprendrait l’actrice américaine Gwyneth Paltrow, le maire de Londres Boris Johnson, le chanteur britannique George Michael... La justice a relancé une enquête il y a une semaine à la suite d’une plainte de l’actrice britannique Sienna Miller.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :