vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Al-Qaïda ciblerait Wall Street

Al-Qaïda ciblerait Wall Street

Radio-Canada.ca, avec AFP et NBC

mardi 1er février 2011, sélectionné par Spyworld

logo

Des responsables du renseignement américain ont prévenu les banques de Wall Street et leurs dirigeants qu’ils pourraient être visés par des attentats d’Al-Qaïda, a dit mardi la chaîne de télévision américaine NBC.

Selon NBC, le renseignement américain pense que des agents d’Al-Qaïda basés au Yémen pourraient essayer d’envoyer des colis piégés, avec des bombes ou des substances chimiques, aux personnels des institutions financières.

NBC précise qu’il n’y a « aucune indication faisant état d’un assassinat ciblé » contre un patron de Wall Street, mais que des responsables du renseignement américain s’inquiètent du fait qu’Al-Qaïda a discuté des noms de dirigeants financiers.

Les établissements qui pourraient être visés, dont Goldman Sachs, Citibank, JP Morgan Chase, Barclays, ont été alertés par une unité antiterroriste du Federal Bureau of Investigation (FBI), selon NBC.

La police fédérale a demandé aux banques d’élever le niveau de sécurité de leurs infrastructures de traitement du courrier, en particulier depuis l’envoi à partir du Yémen de colis piégés dans des avions-cargos à destination des États-Unis, en octobre dernier.

Depuis les attentats du 11 septembre, la Bourse de New York ou encore le gratte-ciel Citicorp Center ont fait l’objet de complots terroristes.

Les inquiétudes des spécialistes en terrorisme américains ont notamment pour origine la cyberrevue Inspire, publiée par Al-Qaïda dans la Péninsule arabique pour encourager les musulmans anglophones à rejoindre le mouvement jihadiste international.

Les menaces présentes dans cette publication doivent être prises au sérieux, a estimé Peter King, un parlementaire américain républicain dont la sécurité a été renforcée après que son nom a été publié sur le site d’Inspire.

« La publication d’un nom est toujours une source d’inquiétude. Parce qu’il est possible qu’il s’agisse d’un signal envoyé à des agents pour passer à l’acte », a ajouté M. King, président de la commission à la Sécurité intérieure de la Chambre des représentants.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :