jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Israël s’en est pris au nucléaire syrien et iranien

Israël s’en est pris au nucléaire syrien et iranien

Nouvelobs.com, avec AFP

samedi 19 février 2011, sélectionné par Spyworld

logo

L’état hébreu serait à l’origine du virus informatique Stuxnet et aurait bombardé un réacteur nucléaire syrien en 2007.

Une vidéo diffusée lors de la soirée d’adieu du chef d’état-major israélien laisse supposer qu’Israël s’en est pris aux programmes nucléaires iranien et syrien, rapporte mercredi 16 février le quotidien Haaretz.

La vidéo présentait un résumé des états de service du général Gaby Ashkenazi, qui vient de quitter le poste de chef d’état-major (2007-2011). Elle évoque un bombardement sur un réacteur nucléaire secret en Syrie en 2007 et les dégâts causés par le virus informatique Stuxnet au programme nucléaire iranien.

La destruction du réacteur nucléaire présumé syrien d’Al-Kibar en septembre 2007, et le développement du virus informatique Stuxnet, destiné à saboter le programme nucléaire iranien, n’ont jamais été revendiqués par Israël. Interrogé, un porte-parole de l’armée s’est refusé à tout commentaire.

Un cinquième des centrifugeuses iraniennes arrêtées

Si les deux opérations sont présentées dans cette vidéo, aucun commentaire officiel n’accompagne les images, précise le Haaretz.

Selon une note diplomatique américaine publiée par WikiLeaks, l’aviation israélienne a détruit le réacteur nucléaire syrien le 6 septembre 2007 quelques semaines avant qu’il ne devienne opérationnel.

La vidéo israélienne se réfère également au virus Stuxnet, qui a apparemment arrêté un cinquième des centrifugeuses iraniennes en novembre et a retardé la capacité de l’Iran de fabriquer ses premières armes nucléaires, selon des experts militaires et du renseignement.

"Stuxnet est capable de faire sauter une centrale"

A la mi-janvier, le New York Times affirmait que les services de renseignements américains et israéliens ont collaboré pour développer Stuxnet.

Apparu fin 2009, Stuxnet infecte un logiciel Siemens de contrôle des automates industriels très utilisés dans les secteurs de l’eau, des plateformes pétrolières et des centrales électriques. Sa fonction serait de modifier la gestion de certaines activités pour entraîner la destruction physique des installations touchées, selon les experts.

Stuxnet aurait principalement frappé l’Iran, ce qui a laissé penser qu’il avait été conçu pour saboter ses installations nucléaires, mais il semble avoir aussi touché l’Inde, l’Indonésie ou le Pakistan. Le virus d’un côté sabote le fonctionnement des centrifugeuses et de l’autre "fait croire aux opérateurs que tout se passe bien même si ce n’est pas le cas", expliquait à Nouvelobs.comMarc Blanchard, expert en vers chez le fabricant d’antivirus BitDefender. "Ceux qui sont derrière Stuxnet sont capables de (...) faire sauter une centrale", prévenait-il.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :