mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Alain Juillet : “Mon rôle consiste à “débarbouzer” (...)

Alain Juillet : “Mon rôle consiste à “débarbouzer” l’intelligence économique”

Jean-Marc Manach, InternetActu.net

jeudi 26 janvier 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Dans la foulée de notre dossier consacré à l’intérêt porté par l’appareil militaire français aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, Guerre de l’information made in France, nous avons voulu interviewer Alain Juillet deux ans après sa nomination au poste de “Haut responsable chargé de l’intelligence économique” auprès du secrétaire général de la défense nationale.

Alain JuilletAprès une longue carrière passée dans le privé (au service de Pernod Ricard, puis dans l’agroalimentaire, notamment), il avait été nommé, en 2002 et à la surprise générale, directeur du renseignement, n°2 de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), le principal service d’espionnage français. On apprit alors qu’il bénéficiait en effet “d’une importante notoriété au sein de la communauté du renseignement, à cause de sa participation active et régulière aux missions clandestines de la DGSE à l’étranger”. Sa nomination démontra s’il en était l’attrait croissant porté par le renseignement militaire français à l’intelligence économique.

Pour Alain Juillet, la surabondance d’information va de pair avec un accroissement de la désinformation, voire de l’espionnage économique, que trop peu de responsables de PME prennent en compte. Si la France est en passe de rattraper son retard en matière d’intelligence économique, elle fait encore les frais de sa culture du secret, les jeunes ayant par contre compris la “révolution culturelle” que représente la notion de partage de l’information.

Il rappelle également que si l’on a jamais connu une concurrence aussi exacerbée, on n’est pas pour autant en “guerre”, et que les civils ont beaucoup à apprendre des militaires, notamment de leur méthodologie du renseignement. Si la France ne dispose pas de moyens comparables à ceux alloués aux “grandes oreilles” américaines, Alain Juillet estime cela dit qu’elle fait beaucoup d’efforts en matière de renseignement économique, bien que la notion de patriotisme économique soit encore mal comprise dans le civil, certains ayant, en matière d’éthique, beaucoup à apprendre du patriotisme américain.

Alain Juillet estime enfin que, si de nombreuses PME/PMI, et administrations, sont encore en formation, que le public et le privé ont encore des efforts à faire pour mieux se comprendre et travailler ensemble et que les synergies européennes n’en sont qu’à leurs prémices, le déploiement de l’intelligence économique est quant à lui irréversible.

Suite de l’article sur InternetActu.net


Jean-Marc Manach dirige une "Liste francophone sur la guerre de l’information, la guerre électronique et autres technologies et programmes (militaires ou non) de type C4ISR (Commandement, Controle, Communications, Informatique, Renseignement, Surveillance et Reconnaissance)". Vous pouvez vous y inscrire à http://groups-beta.google.com/group... .

Son blog est disponible ici : http://www.rewriting.net


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :