samedi 18 novembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > L’Iran accuse les Etats-Unis et Israël d’être à l’origine (...)

L’Iran accuse les Etats-Unis et Israël d’être à l’origine du virus Stuxnet

AFP

lundi 18 avril 2011, sélectionné par Spyworld

logo

Le virus informatique Stuxnet avait arrêté un cinquième des centrifugeuses iraniennes en novembre. Samedi, l’Iran accuse les Etats-Unis et Israël d’en être à l’origine.

Les Etats-Unis et Israël sont à l’origine du virus informatique Stuxnet qui a attaqué des ordinateurs du programme nucléaire de Téhéran, a affirmé samedi l’agence officielle Irna, citant un haut responsable militaire et confirmant une hypothèse largement répandue.

"Des investigations et des études montrent que l’origine de Stuxnet provient de l’Amérique et du régime sioniste", a déclaré le commandant de l’organisation de défense civile iranienne, Gholam Reza Jalali, à l’agence.

C’est la première fois qu’un haut responsable iranien accuse directement les deux pays d’être à l’origine de Stuxnet, un virus qui a massivement affecté l’industrie de la République islamique à l’automne. Selon l’officier, le virus a collecté des informations puis les a renvoyées depuis les machines infectées.

"En suivant les rapports ainsi envoyés, il est apparu clairement que leur destination finale était le régime sioniste et l’Etat américain du Texas", a-t-il affirmé à Irna. Le New York Times avait évoqué dès janvier la piste d’un virus élaboré par les Etats-Unis et Israël pour saboter le programme nucléaire iranien. Cette thèse a été corroborée en mars par un expert allemand, Ralph Langer.

Centrifugeuses iraniennes arrêtées

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait admis en novembre que le programme d’enrichissement d’uranium iranien avait été retardé par le virus, tout en assurant que le problème avait été résolu. Selon des experts militaires et du renseignement israéliens, Stuxnet a arrêté un cinquième des centrifugeuses iraniennes en novembre et retardé ainsi la capacité de l’Iran à fabriquer ses premières armes nucléaires.

Le développement du virus informatique n’a jamais été revendiqué par Israël mais une vidéo diffusée en février lors de la soirée d’adieu du chef d’état-major sortant israélien, Gaby Ashkenazi, a accrédité cette hypothèse.

Certains experts occidentaux ont estimé que ce virus avait pu viser également la centrale nucléaire iranienne de Bouchehr, qui doit entrer en service prochainement.

En octobre, un responsable iranien avait évoqué le chiffre de 30.000 ordinateurs industriels infectés.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :