mercredi 22 novembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le soldat Manning transféré dans une prison du Kansas

Le soldat Manning transféré dans une prison du Kansas

LeMatin.ch

mercredi 20 avril 2011, sélectionné par Spyworld

logo

Le soldat Manning, soupçonné d’avoir fourni à WikiLeaks, qui les a ensuite rendu publics, des documents militaires américains, change de prison. Il avait porté plainte contre ses conditions de détention.

Le jeune soldat américain soupçonné d’avoir fourni à Wikileaks des documents secrets américains, Bradley Manning, va changer de prison, a annoncé mardi le Pentagone. Ses conditions de détention provoquent de nombreuses critiques.

Détenu depuis juillet 2010 à la prison militaire de Quantico près de Washington, le jeune homme de 23 ans va être transféré dans un autre centre de détention militaire au Kansas.

« A ce stade de l’affaire, nous avons décidé que le nouvel établissement correctionnel de Fort Leavenworth au Kansas, était plus approprié pour la détention provisoire du soldat Manning », a déclaré lors d’une conférence de presse le conseiller juridique du Pentagone, Jeh Johnson. Le transfert était « imminent ».

Mais selon Jeh Johson, son transfèrement n’est en rien la conséquence de ces critiques, sa détention s’étant déroulée dans le respect des règles légales. Une évaluation psychique destinée à déterminer si le détenu est apte à être poursuivi en justice nécessitait sa présence près de Washington, mais celle-ci est terminée, a expliqué M. Johnson.

Les conditions de détention de cet ancien analyste de renseignement ont provoqué une vive polémique ces derniers mois, le jeune soldat assurant être isolé et victime de brimades. « Avec les restrictions actuelles, en plus d’être mis à nu le soir, je suis maintenu à l’isolement », a écrit en mars le soldat, disant devoir remettre aux gardiens la totalité de ses vêtements.

Bradley Manning, dont l’avocat a porté plainte contre les conditions de détention, affirme que les autorités militaires chargées de son cas ont abusé de leur autorité en le classant comme détenu à risque, susceptible d’attenter à son intégrité physique et en demandant des conditions de « sécurité maximale ».

Agé de 23 ans, cet ancien analyste de renseignement en Irak est soupçonné d’avoir fourni à WikiLeaks, qui les a ensuite rendu publics, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, et des milliers de câbles diplomatiques du département d’Etat. Il risque la prison à vie.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :