mercredi 22 novembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > La France, cible n°2 d’Al Qaïda après les USA, selon Squarcini

La France, cible n°2 d’Al Qaïda après les USA, selon Squarcini

Reuters

lundi 9 mai 2011, sélectionné par Spyworld

logo

La France est "la cible numéro deux d’Al Qaïda" mais ne fait pas l’objet de menaces spécifiques depuis la mort d’Oussama ben Laden, déclare Bernard Squarcini dans Le Monde.

Le directeur central du renseignement intérieur (DCRI), qui s’exprime également dans Libération vendredi, estime que les intérêts français qui sont pour l’instant "attaqués à l’extérieur" peuvent l’être "à l’intérieur".

"Mais la menace principale pour la France est Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Il y a une proximité géographique, une histoire coloniale passée, et il y a ces allées et venues et ces liens familiaux entre des gens en France et d’autres dans les pays du Maghreb et du Sahel", explique-t-il dans Le Monde daté du 7 mai.

AQMI, qui dispose selon lui de 150 à 400 hommes, a "un peu la haine". "Ça se confirme avec la tentative d’attentat contre notre ambassade à Nouakchott (Mauritanie) : 1,7 tonne d’explosifs", relève le patron du renseignement intérieur.

"Depuis un moment, les communiqués de Ben Laden, (d’Ayman al) Zawahiri (le numéro deux d’Al Qaïda-NDLR) et d’AQMI nous ciblent de plus en plus. On le prend en compte. Les Américains sont la cible n° 1 et la France la cible n° 2 d’Al-Qaida", souligne-t-il.

"Avec la mort de Ben Laden, il y a un risque de surenchère. Nous sommes en Vigipirate rouge, ce qui est assez stabilisant et confortable, mais il convient de renforcer les mesures à l’étranger : les ambassades, les sites français, les escales d’Air France en Afrique, etc.", ajoute-t-il.

La France est-elle spécifiquement visée depuis la mort d’Oussama ben Laden ? "Pas spécialement, non", répond Bernard Squarcini, "mais il faut prendre les devants".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :