mercredi 22 novembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Bilan d’activités 2010 de la direction générale de l’armement (...)

Bilan d’activités 2010 de la direction générale de l’armement (DGA) : une année de transition

DGA, Ministère de la Défense

mercredi 11 mai 2011, sélectionné par Spyworld

logo

Après une année 2009 marquée par le plan de relance de l’économie et des engagements exceptionnels, l’année 2010 aura été une année de transition pour la direction générale de l’armement (DGA).

" Transition sur le plan financier, à la fois parce que le basculement du ministère vers le progiciel de gestion financière Chorus s’est révélé plus délicat que prévu et parce que l’effort de maîtrise de l’endettement de l’État n’a pas été sans conséquences sur la programmation budgétaire triennale 2011-2013.

Transition aussi sur le plan de la modernisation du ministère de la Défense, avec la mise en place du comité ministériel d’investissement présidé par le Ministre, et la finalisation des textes instaurant la nouvelle gouvernance.

Les principaux jalons programmes franchis en 2010 illustrent la contribution de la DGA à la modernisation de l’outil de défense et son rôle de partenaire des armées au quotidien. Pour la dissuasion, le SNLE NG Le Terrible a ainsi été réceptionné tandis que le M51 et l’ASMPA ont été mis en servic e opérationnel.

Dans le domaine conventionnel, la composante spatiale optique de MUSIS, qui succédera à Helios 2 en décembre 2016, a été commandée ainsi que la première adaptation d’un SNLE NG au M51. Les négociations sur l’avenant au contrat A400M avec les États participants, l’OCCAR et Airbus Military ont été menées à bien, cet avenant devrait être notifié début 2011. Les premiers hélicoptères NH90 NFH pour la Marine ont été livrés… Enfin, je souligne que, comme prévu, nous étions au rendez-vous pour la réception début décembre des 1009 systèmes Félin qui doteront le 13e bataillon de chasseurs alpins.

Investisseur avisé de la Défense, la DGA s’est aussi fortement impliquée dans l’analyse des projets devant bénéficier du programme d’investissement d’avenir ainsi que dans le renforcement de la base industrielle et technologique de défense. De la même façon, la DGA porte une attention constante au développement des PME innovantes, que ce soit par le biais du dispositif Rapid, des pôles de compétitivité, du Pacte PME, du plan PME export, des partenariats avec des chambres de commerce et d’indus trie ou la région Aquitaine.

Sur le plan de la coopération, 2010 restera bien sûr marquée par l’accord majeur de coopération, signé par la France et la Grande-Bretagne le 2 novembre dernier et incluant un traité de coopération en matière de défense et de sécurité, un traité spécifique sur des installations nucléaires conjointes ainsi qu’une feuille de route pour le pilotage des initiatives concrètes de coopération.

À un moindre niveau, la signature d’une lettre d’intention avec l’Allemagne visant à favoriser des rationalisations dans le domaine des essais, le lancement de revues systématiques de coopération avec l’Italie et l’Allemagne, et l’entrée en service des échanges opérationnels entre les systèmes d’observation spatiale Helios 2 et Cosmo-Skymed, et entre Helios 2 et Sar-Lupe constituent autant d’exemples illustrant une construction européenne réaliste !

D’autre part, il faut souligner la pleine participation de la DGA dans la préparation de la réforme de l’Otan et une présence accrue de nos équipes dans les instances de l’Alliance. La nomination de Patrick Auroy, qui était directeur général adjoint de la DGA, au poste de « secrétaire général adjoint de l’OTAN pour les investissements de défense » est évidemment emblématique à c e titre.

À l’exportation, reconnaissons-le, les prises de commandes 2010, à hauteur de 4,2 milliards d’euros, sont sensiblement en-deçà de nos attentes. Les effets de la crise économique de 2008-2009 et la fin des plans de relance de 2009 ont contribué à ce résultat. Dans ce contexte, aucun des dossiers majeurs en cours de négociation ne s’est encore concrétisé, à ce stade, par un contrat signé et entré en vigueur, contrairement à l’an passé. Au-delà de cette conjoncture difficile, une partie des négociations actuelles pourraient aboutir favorablement en 2011.

La DGA a, par ailleurs, poursuivi son évolution pour renforcer son expertise technique tout en adoptant le format resserré issu de la révision générale des politiques publiques (RGPP) : nous sommes sur ce point parfaitement en ligne avec les objectifs ambitieux qui nous ont été as signés.

En conclusion, je me contenterai d’insister sur deux points en ce qui concerne 2011 :

- cette année sera tout d’abord une année d’anticipation des grands rendez-vous. Il nous faudra en effet préparer, en liaison avec les armées, les choix qui seront à opérer à l’avenir avec la révision du Livre blanc et la préparation de la LPM 2013-2018.

- Le deuxième point n’est pas aussi anecdotique qu’il y paraît : 2011 sera l’année des 50 ans de la DGA ! 50 ans d’innovations, de ruptures et d’avancées technologiques, de préparation de l’avenir, de grands programmes, de dissuasion, de coopération… au service d’une défense - française et européenne - forte, indépendante, souveraine, reconnue et respectée ! "

Laurent Collet-Billon, Délégué général pour l’armement


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :