mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > La profession s’organise en fédération

La profession s’organise en fédération

JMM, l’Usine Nouvelle

mardi 31 janvier 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’ombre d’Arcelor enveloppait lundi matin l’une des salles du Cercle Républicain, à Paris, où a été lancée officiellement la Fédération des professionnels de l’intelligence économique (FéPIE).

Mise en place dans le temps record de neuf mois, elle a été placée sous la houlette de l’Amiral Pierre Lacoste, qui en résume l’enjeu : « La FéPIE est un syndicat professionnel avec devant lui la difficulté d’une profession qui n’est pas encore définie. » Face à la mondialisation, il devient pourtant urgent que se structure en France un secteur aux contours flous, où se côtoient le très bon et le moins bon. « Il faut cesser avec une attitude française qui consiste à se regarder le nombril et à se retrouver avec Arcelor », a lancé Alain Juillet, le haut responsable à l’intelligence économique du gouvernement, en référence à l’OPA hostile de l’indien Mittal sur l’aciériste européen. Pour « prendre les mesures les plus efficaces possibles », a-t-il poursuivi, « Il faut se muscler en France » pour que l’Etat ait en face de lui des professionnels « représentatifs ». « Dans la compétition internationale, nous avons pris plusieurs années de retard par rapport aux très grands cabinets anglo-saxons », a admis l’amiral Lacoste.

La FéPIE veut mettre les bouchées doubles. Elle veut réunir, sous la bannière d’une charte d’éthique, tous les professionnels pour qu’ils s’organisent et éclaircissent leurs offres de services. Trois collèges associés verront le jour. L’un réunira les chercheurs, les enseignants et les formateurs, un second les services publics et un troisième les entreprises, à la recherche de prestataires ou souhaitant recruter dans ce domaine.

Si la FéPIE vise d’entrée l’espace « franco-communautaire », elle recherche également des relais dans chaque région pour traiter d’un sujet qui concerne autant les grands groupes (mieux armés) que les PME. En Aquitaine, dans le Nord-Pas-de-Calais et dans le Centre des prétendants se sont déjà manifestés.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :