mercredi 22 novembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Des pirates affirment s’en être pris à un site lié au (...)

Des pirates affirment s’en être pris à un site lié au FBI

RIA Novosti

mardi 7 juin 2011, sélectionné par Spyworld

logo

Le groupe de pirates informatique qui a récemment affirmé avoir accédé à plus d’un million de données personnelles d’utilisateurs d’un site du géant japonais Sony, a assuré avoir cette fois-ci dérobé des données confidentielles d’un site lié au FBI.

Le groupe se faisant appeler « Lulz Security » ou « LulzSec » a précisé avoir attaqué le site infragardatlanta.org, version régionale du site infragard.net, un partenariat entre secteur privé et police fédérale sur les questions de sécurité.

Il explique que l’attaque a eu lieu en représailles au projet du Pentagone de considérer les principales cyberattaques comme des actes de guerre.

Lulz Security a publié sur internet une liste de quelque 180 adresses de messageries électroniques et mots de passe que le groupe dit avoir obtenus du site infragardatlanta.org.

« Nous avons aussi pris totalement le contrôle du site et l’avons chamboulé », indique le groupe dans un communiqué diffusé sur Lulzsecurity.com.

Le site infragardatlanta.org était « en construction » lundi, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le site-mère, InfraGard, se présente comme dédié au « partage d’information et de renseignements afin d’empêcher des attaques hostiles contre les États-Unis » et compte parmi ses membres des hommes d’affaires, des agences locales de maintien de l’ordre et des instituts d’enseignement.

« Les membres d’InfraGard ont accès à des informations leur permettant de protéger leurs biens et en échange ils fournissent des données au gouvernement pour que celui-ci puisse empêcher des actes terroristes ou d’autres crimes », ajoute le site.

InfraGard n’avait pas répondu lundi à la mi-journée à une demande de confirmation de l’AFP.

Le Pentagone envisagera « toutes les options possibles » si les États-Unis sont victimes de cyberattaque, et est en train de mettre au point des règles de conduite militaires à cet effet, avait déclaré fin mai un porte-parole du ministère.

Le groupe de pirates informatique avait affirmé jeudi avoir accédé à plus d’un million d’informations personnelles d’utilisateurs sur le site SonyPictures.com, une mauvaise nouvelle pour le géant japonais, déjà victime d’une vaste attaque informatique en avril dernier.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :