lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Technique : Le contre-espionnage économique (1ere partie)

Technique : Le contre-espionnage économique (1ere partie)

Christophe Casalegno, Intelink.info, Digital-Network

mercredi 1er février 2006, sélectionné par Spyworld

Il est très difficile de savoir combien d’institutions gouvernementales, d’industries, d’études d’avocats, d’individus sont écoutés illégalement chaque jour. L’écoute et la vidéo surveillance illicites permettent un succès quotidien dans des domaines divers : Négociations ou conflits entre syndicats et direction dans les entreprises, nouveaux produits, nouvelles stratégies, informations financières capitales, savoir faire high-tech, argumentation sur des dossiers confidentiels, conditions de contrats - marges de manœuvre - seuils d’acceptation, etc.

La progression de l’espionnage économique en France 1995 à 1999 a été de 22% par année ! Les derniers chiffres sont tout aussi alarmants et démontrent que cette activité ne réduit pas. Par pudeur, personne n’ose avouer qu’il a subit un dommage à ce propos, d’autres mettent dix ans pour s’en apercevoir ! Par conséquent, aucune statistique n’est publiée faute d’obtenir des données.

Qui pose des écoutes ?

- Les détectives
- Les faux clients
- Les nettoyeurs
- Les gardes
- Les huissiers
- Les collaborateurs
- Les faux cambrioleurs
- Des prestataires de services de tous bords (électriciens, décorateurs, réparateurs, etc.)

A divers titres pour un temps plus ou moins long, ces personnes se trouvent seules dans vos locaux et pour diverses motivations, sont des candidats à la pose ou peuvent le devenir suite à une offre pécuniaire consistante voire un chantage (les cas n’existent pas - hélas - qu’au cinéma !). Cela suppose que ces personnes doivent être dans les locaux ou doivent pénétrer dans les locaux.

Qu’elles sont les conséquences de cet espionnage ?

Pertes financières importantes Perte de compétitivité Dégradation de l’image de marque Le départ de clients importants Le découragement des membres de l’entreprise

On voit donc qu’il est nécessaire et URGENT de faire procéder à une prise de conscience réelle et collective de l’espionnage économique afin de réduire la vulnérabilité des entreprises. Toutes les entreprises sont concernées, les préjudices engendrés sont de plus en plus importants. Il faut donc adopter une approche globale de sécurité pour obtenir des résultats probants.

La stratégie de prévention

DEFINIR une stratégie de prévention LA FORMALISER par une charte CONTROLER l’application L’ADAPTER aux événements VALIDER sa pertinence régulièrement INSTALLER les systèmes adéquats PRATIQUER des contrôles techniques réguliers NE PAS ATTENDRE

La dernière remarque est fatale : NE PAS ATTENDRE d’être vidé de sa substance ou de faire la une des journaux pour commencer à y croire... (affaire Buffalo Grill, Gemplus, Total...)

La recherche des écoutes illicites

Aux vues des différentes menaces édictées auparavant il est nécessaire de pratiquer des contrôles techniques au titre des écoutes illicites, d’ambiance et sur les supports téléphoniques (conversations, fax). Il faut, pour obtenir un bon résultat, posséder des matériels performants, régulièrement mis à jour et avoir une équipe technique ayant une grande expérience dans ce domaine spécifique. Faute de quoi le résultat obtenu n’est pas probant.

Mais la meilleure solution reste de faire appel à des professionnels.

Les contre mesures électroniques

Détection de micros émetteurs "d’ambiance" par transmission radio, Détection de micros émetteurs "d’ambiance" par transmission infrarouge, Détection de micros émetteurs "d’ambiance" par transmission GSM, Détection d’enregistreurs, magnétophones avec micro "d’ambiance", Détection de dispositif d’écoute "d’ambiance" ou téléphonique par courant porteur, Détection de dispositif de vidéo "espion" par transmission hertzienne ou filaire, Détection de micros émetteurs téléphoniques, Détection de bretelles ou dérivations téléphoniques, Détection d’enregistreurs téléphoniques, Détection de télécommandes radio pour ces dispositifs, Détection de tout dispositif électronique dissimulé et illicite.

Matériels de détections utilisés et mode opératoire

Pour chaque zone sensible, un spécialiste du « dépoussiérage » utilisera, par exemple, l’OSCOR, qui grâce à son récepteur digital synthétiseur de grande sensibilité lui permet de vérifier :

Les fréquences audio 50Hz - 15KHz Les fréquences radios 500KHz - 3GHz découpées en trois intervalles distincts : La bande FM/AM 500KHz - 5MHz La bande FM/AM 5MHz - 1500MHz La bande FM/AM 1500MHz - 3000MHz Ces bandes de fréquences sont ainsi découpées car elles sont les plus "dangereuses", en effet, 80% des dispositifs de surveillances clandestins sont localisables sur et dans ces intervalles.

Les fréquences infrarouges 850 - 1070nm Les fréquences transitant sur le courant porteur

Pour toutes ces fréquences, un mode d’analyse audio démodule les signaux reçus et fournit un signal de verrouillage pour appuyer la corrélation. Le corrélateur utilise ensuite un modèle d’harmonisation des sons passifs pour détecter les dispositifs d’écoutes. Tous les signaux reçus sur les intervalles de fréquences sont stockés avec un rappel ultérieur possible.

Le même spécialiste va ensuite utiliser l’ORION qui est un détecteur de jonctions non linéaires. Il est utilisé pour détecter les dispositifs électroniques d’écoutes illicites à l’intérieur des faux plafonds, murs ou tout autres objets. De par ses spécificités, cet appareil facilite grandement la fouille physique, opération de base dans tous travaux de contre mesure électronique. En effet, il sera inutile de démonter un faux plafond ou un faux plancher pour détecter et localiser avec précision (de l’ordre de 2-5 cm) les dispositifs illégaux. C’est un gain de temps mais surtout d’efficacité.

Cet appareil détecte les jonctions présentes dans les semi-conducteurs, composant principal des dispositifs d’écoutes électroniques modernes. Grâce à ce système de détection original, l’ORION va donc détecter indifféremment un micro en activité ou en « stand by », c’est-à-dire qu’il va jusqu’à trouver des dispositifs en veille...

Les deux appareils utilisés sont donc complémentaires et leur utilisation combinée apporte un niveau de détection inégalé dans le domaine de la contre mesure électronique.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :