mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > L’Etat débloque 2 milliards d’euros pour l’Agence de (...)

L’Etat débloque 2 milliards d’euros pour l’Agence de l’innovation industrielle

Annie Kahn, Le Monde

mardi 18 janvier 2005, sélectionné par Spyworld

Le président de la République a demandé à Jean-Louis Beffa, le PDG de Saint-Gobain, de mettre en place la nouvelle structure.

Son rapport sur la nouvelle politique industrielle à peine rendu public, Jean-Louis Beffa s’est vu confier, lundi 17 janvier, une deuxième mission par le président de la République. Le PDG de Saint-Gobain a désormais la charge de mettre en place l’Agence de l’innovation industrielle (AII), dont il préconisait la création dans son rapport. M. Beffa devra rendre, d’ici au 15 mars, un document où seront préfigurés les contours de cette nouvelle agence.

On sait déjà que celle-ci sera dotée entre 2005 et 2007 d’"au moins 2 milliards d’euros de crédits, dégagés sur les recettes liées à la cessation par l’Etat de participation dans des entreprises", précise le chef de l’Etat dans sa nouvelle lettre de mission. Au total, environ 4 milliards d’euros pourraient être dégagés sur la période, puisque M. Beffa préconise que les industriels impliqués dans les "programmes mobilisateurs pour l’innovation industrielle" (PMII), qui seront gérés par l’AII, investissent des montants comparables à ceux de la puissance publique. des pme impliquées

L’Agence gérera de quatre à six programmes "de grande taille, ainsi qu’éventuellement quelques programmes plus modestes", peut-on lire dans le premier rapport. Chaque programme devrait donc être doté d’un budget de 30 millions à 200 millions d’euros par an, sur une période moyenne de cinq ans.

S’il est prévu qu’"un industriel européen ou un groupement d’industriels" se voit confier le rôle de "chef de file", des PME devraient également être impliquées dans ces projets. L’AII coordonnera ses actions avec les autres structures existantes, en particulier la future Agence nationale de la recherche (ANR) et l’Agence française de l’innovation (Anvar), désormais regroupée avec la Banque de développement des PME (BDPME) dans le cadre du groupe Oseo.

Ce dernier, présidé par Jean-Pierre Denis, a été porté lundi sur les fonts baptismaux par le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, dans le cadre d’une convention réunissant à Paris l’ensemble de son personnel. A cette occasion, le premier ministre a annoncé avoir demandé un doublement du budget de la structure d’ici à 2010. Une dotation de peu d’ampleur, comparée aux 2 milliards alloués à l’AII de M. Beffa, puisque l’aide de l’Etat à l’Anvar s’élève à environ 90 millions d’euros par an.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :