samedi 18 novembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Des documents piratés d’un sous-traitant du FBI publiés sur (...)

Des documents piratés d’un sous-traitant du FBI publiés sur Internet

Le Monde

lundi 1er août 2011, sélectionné par Spyworld

logo

Ce 29 juillet, c’était le troisième "Fuck FBI friday" ("Vendredi, on nique le FBI") : pour la troisième fois, des pirates revendiquant leur appartenance au collectif informel Anonymous ont publié un grand nombre de documents internes d’un sous-traitant du FBI. Les pirates ont ainsi publié 400 mégas de documents variés provenant des serveurs de Mantech, une entreprise qui travaille à la fois pour l’agence fédérale américaine et pour le ministère de la défense.

Ironie du piratage, Mantech est notamment chargée d’assurer la sécurité informatique du FBI, un contrat à 100 millions de dollars. Les documents publiés contiennent à la fois des prévisions de budget, des photos et mémos internes, des curriculum vitae… Aucun ne semble pour l’instant révéler de secrets majeurs sur l’entreprise, mais leur publication embarrasse les autorités américaines, une semaine après un vaste coup de filet international qui a abouti à l’arrestation de plusieurs membres présumés des groupes Anonymous et Lulz Security.

La police britannique a annoncé dimanche avoir engagé des poursuites contre Jake Davis, un jeune homme de 18 ans arrêté mercredi dans les îles Shetland, et suspecté d’être le porte-parole de LulzSec, un groupe resserré de pirates qui avait attaqué plusieurs dizaines de sites en cinquante jours, avant d’annoncer sa dissolution. Suspecté d’être "Topiary", l’un des membres fondateurs du groupe, M. Davis doit comparaître ce lundi devant un tribunal londonien.

La banque en ligne PayPal, qui a fait l’objet de plusieurs attaques ces derniers mois après avoir clôturé des comptes utilisés par WikiLeaks, a de son côté annoncé avoir fourni au FBI américain un millier d’adresses IP (Internet Protocol, la carte d’identité d’une machine sur Internet) suspectées d’avoir participé à des attaques contre ses services. C’est sur la base des attaques contre PayPal que les autorités américaines avaient lancé leur coup de filet contre les pirates, la semaine dernière. Anonymous avait lancé il y a quelques jours un appel au boycott des services de PayPal, une méthode d’action peu courante pour un groupe qui préfère en général les attaques dites de "déni de service" visant à paralyser un site Internet en le saturant de connexions.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :