mardi 21 novembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Un ingénieur de premier plan conseille à l’industrie mondiale de la (...)

Un ingénieur de premier plan conseille à l’industrie mondiale de la défense de se tenir prête pour un avenir d’architecture ouverte

PR Newswire

mercredi 24 août 2011, sélectionné par Spyworld

logo

À la lumière des plans du Ministère de la Défense du Royaume-Uni de réviser ses normes d’approvisionnement, l’un des principaux ingénieurs du pays explique le concept et les avantages de l’architecture ouverte, alors que les spécialistes se rassemblent à Londres pour commencer la préparation vitale à l’avenir.

La conférence inaugurale « Interoperable Open Architecture », qui aura lieu du 26 au 28 octobre à l’hôtel londonien Le Méridien Piccadilly, sera le premier et le seul rendez-vous de ce genre et vise à préparer l’industrie de la défense à la standardisation de l’architecture ouverte à pleine échelle.

Lors d’une interview accordée à Defence IQ, le Professeur Michael Henshaw, responsable du Groupe d’étude sur les systèmes d’ingénierie des systèmes (ESoS, de l’anglais Engineering Systems of Systems) et professeur à l’Université de Loughborough, a expliqué que les départements de la défense du monde entier devaient s’attaquer à la réalité d’un grand changement dans l’approche de l’approvisionnement.

« Il s’agit de changer la base sur laquelle les systèmes de défense sont approvisionnés et gérés et, à de nombreux égards, je dirais qu’il s’agit de nous orienter vers un environnement plus collaboratif entre les fournisseurs, l’industrie et le client », a-t-il déclaré.

Le concept d’interopérabilité supérieure a pour but de mieux répondre aux exigences en matière de première ligne de combat, en fournissant aux soldats des options de qualité supérieure selon un taux de réaction plus rapide, tout en réduisant les dépenses à long terme, en augmentant la concurrence et en renforçant le partenariat entre l’industrie et le secteur militaire.

La publication d’informations sur les systèmes permettant aux autres fournisseurs de développer leurs systèmes sur ces fondements est une approche à laquelle de nombreuses personnes s’opposent au sein de l’industrie, mais le Professeur Henshaw est convaincu qu’hormis de meilleures chances pour des entreprises plus petites, « la quasi-totalité des sociétés de premier ordre pourrait potentiellement en récolter les fruits ».

« Cela pourrait se traduire pour elles par l’ouverture d’opportunités d’export et de parts de marché, car elles pourraient combiner leurs systèmes à d’autres systèmes avec plus d’efficacité et cela pourrait les aider en termes de durabilité, puisqu’elles utiliseraient moins de pièces ou de fournisseurs. Cela dépend du concordat commercial. »

Après avoir été critiqué par le National Audit Office (Bureau national de contrôle) et le House of Commons Public Accounts Committee (Comité des comptes publics de la Chambre des Communes), le Ministère de la Défense du Royaume-Uni est soumis à de fortes pressions pour restructurer sa méthodologie en matière d’acquisition de matériel de défense.

C’est pourquoi le Ministère de la Défense britannique développe actuellement un nouveau livre blanc, dont la publication est prévue pour la fin de l’année, qui devrait adopter l’approche d’architecture ouverte « prête à l’emploi » recommandée par ces autres organismes publics.

Parmi les précédents exemples de programmes réussis d’architecture ouverte, citons notamment le projet Generic Vehicle Architecture (GVA) du Royaume-Uni, qui est à l’origine du développement de composants électroniques embarqués standardisés, et le projet UCS (SNP : ^UCSY - actualité) du Département de la Défense des États-Unis, qui renforce un soutien commun pour les systèmes inhabités à travers tous les services.

L’intégralité de l’interview de 30 minutes avec le Professeur Henshaw est accessible à l’adresse : http://bit.ly/oBnihB


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :