vendredi 17 novembre 2017

Accueil du site > Défense > France > La Défense "sécurise" juridiquement son projet de déménagement à (...)

La Défense "sécurise" juridiquement son projet de déménagement à Balard

AFP

lundi 5 septembre 2011, sélectionné par Spyworld

logo

La Défense a lancé une procédure juridique pour "sécuriser" son projet de déménagement à Balard, dans le XVe arrondissement de Paris, dont les travaux doivent débuter début 2012 de "manière impérative", a déclaré vendredi à l’AFP Bruno Vieillefosse, responsable du projet au ministère.

"Nous avons souhaité sécuriser le projet sur le plan juridique et l’enfermer dans un délai limité", a expliqué M. Vieillefosse, "c’est la raison pour laquelle nous avons enclenché une procédure de déclaration de projet", publiée en annonce légale mercredi dans Le Parisien.

"C’est une procédure nouvelle —instaurée en 2010 — et qui permet à l’Etat, d’une manière générale, d’engager une modification du Plan local d’urbanisme (PLU) pour des projets d’intérêt général, ce qui est le cas", a-t-il poursuivi.

Une incertitude juridique pesait sur le respect ou non du PLU parisien en raison de la hauteur de trois cheminées de ventilation du futur bâtiment qui doit regrouper à l’horizon 2014 tous les services de la Défense actuellement éclatés en 10 sites. En effet, si le bâtiment ne dépasse pas les 31 mètres fixés par le PLU, les cheminées (qui permettent à cet ouvrage d’être "Haute qualité environnementale") vont dépasser d’une douzaine de mètres.

Les "débats d’experts" auraient pu retarder le démarrage des travaux, prévus début 2012, et décaler tout le calendrier alors que le ministère a la "nécessité opérationnelle" de se regrouper et celle financière de rationaliser ses coûts avec ce déménagement ainsi que d’engranger la manne de la vente des terrains actuellement occupés (environ 600 M€), selon M. Vieillefosse.

Mais le projet de "Pentagone à la française" n’est pas sans poser quelques problèmes. Selon le PLU, l’emprise de Balard où il va s’implanter devrait également accueillir un garage de 200 bus de la RATP, actuellement situé à quelques encâblures dans le même arrondissement à la Croix-Nivert. Le départ de la RATP de la Croix-Nivert doit en effet permettre à la mairie de Paris d’y réaliser la construction de 450 logements dont des logements sociaux. "On ne modifiera le PLU si on n’a pas la certitude de pouvoir réaliser le garage à bus et les logements, qui sont des opérations d’intérêt général mais je ne doute pas que le ministère de la Défense comprendra les intérêts de la ville et des ses habitants" tant en matière de transport que de logement, a fait valoir à l’AFP Anne Hidalgo, première adjointe socialiste du maire de Paris.

L’élue a par ailleurs prévenu : "le pouvoir d’urbanisme appartient au maire", qui "ne peut pas signer un permis de construire qui contrevienne au PLU".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :