mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Nicolas Sarkozy, Carrefour et la biométrie dans le collimateur des Big (...)

Nicolas Sarkozy, Carrefour et la biométrie dans le collimateur des Big Brother Awards"

Damien Leloup, le Monde

vendredi 3 février 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Cnq "récompenses" pour autant d’atteintes au droit à la vie privée : l’organisation Big Brother Awards établit chaque année un palmarès des personnalités, des entreprises et des collectivités qui, à ses yeux, menacent la liberté de chacun. Elle remettra, vendredi 3 février, ses cinq Orwells 2005. L’année dernière, les Big Brother Awards avaient notamment distingué le fichier national des empreintes génétiques, et une filiale de TF1 spécialisée dans le traitement des images de vidéosurveillance.

Dans le palmarès des nominés 2005, la biométrie fait une entrée en fanfare. Alors qu’elle n’avait qu’un seul "candidat" l’an dernier (le passeport biométrique européen, qui avait toutefois emporté l"’Orwell Europe"), l’identification des êtres humains par des critères biologiques a réussi le tour de force de placer sept de ses défenseurs dans la liste. Le projet de passeport biométrique du ministère de l’intérieur se retrouve ainsi en bonne position dans la catégorie "Orwell Etats et élus", tandis que deux directeurs de collège et un proviseur se disputeront l’"Orwell localités" pour avoir installé des systèmes d’identification biométriques dans les cantines.

Au chapitre des célébrités, le ministre de la justice, Pascal Clément, déjà titulaire de l’Orwell 2004 "Etats et élus" pour son projet de bracelet électronique, pourrait bien réussir un doublé : il reste en effet nominé dans la même catégorie que l’année dernière, pour les mêmes raisons. D’autres ministres sont dans la liste : Xavier Bertrand, pour sa réforme de l’assurance-maladie qui "met en péril l’intimité des données de santé", selon l’organisation, et surtout Nicolas Sarkozy, nominé à la fois pour l’Orwell "novlangue" et l’Orwell "ensemble de son œuvre". Dans cette dernière catégorie, il sera opposé à une autre personnalité, le président de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), Alex Türk, pour les "manquements et omissions de la CNIL".

Côté entreprises, ce sont des grandes marques qui sont montrées du doigt. La grande distribution est en bonne place : Carrefour et Lidl sont nominés pour leurs politiques de vidéosurveillance des employés. Les deux mastodontes trouveront en face d’eux une filiale de la SNCF, Canal+, ou encore AXA et Groupama.

Le jury, qui accueille notamment cette année Andy Bichlbaum, l’un des fondateurs des Yes Men (des activistes altermondialistes), remettra également son prix Voltaire, qui récompense des initiatives de défense de la vie privée. Sans surprise, on trouve dans la liste des nominés deux collectifs anti-biométrie. Verdict à 20 h 30, vendredi 3 février, à la Maison des arts urbains, à Paris.

JPEG - 12.1 ko

AFP/STEPHANE DE SAKUTIN Déjà épinglée en 2005, la biométrie est cette année la star incontestée des Big Brother Awards, qui "récompensent" chaque année les atteintes à la vie privée.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :