vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Les réseaux mobiles ne sont pas inviolables

Les réseaux mobiles ne sont pas inviolables

M.-C. R., le Figaro

samedi 4 février 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Comme tous les systèmes informatiques sophistiqués, les réseaux de téléphonie mobile ne sont pas sans failles et peuvent être victimes d’actes de piratage. En France, par exemple, il serait possible à un expert chevronné de s’introduire sur le réseau d’Orange, SFR ou de Bouygues Telecom et d’écouter des conversations à l’insu de l’opérateur. Des dispositifs, appelés analyseurs de trames télécoms, permettent d’effectuer des écoutes sauvages. Mais ils sont très difficiles à utiliser.

D’une part, ils nécessitent d’avoir accès aux sites des opérateurs, lieux hautement protégés et sécurisés. D’autre part, ce type de matériel ne permet pas de cibler les écoutes sur une personne précise. Ils permettent simplement d’écouter tous les appels dans une zone donnée, sans possibilité d’effectuer de tris.

Ces écoutes pirates n’ont bien sûr rien à voir avec les écoutes administratives qui, elles, sont légales mais strictement encadrées. Sur commission rogatoire d’un juge, et dans des cas précis (terrorisme, grand banditisme, risque pour la sûreté de l’Etat), un opérateur peut être amené à effectuer des écoutes. Ainsi, Orange avait collaboré avec les pouvoirs publics pour l’arrestation en 2003 d’Ivan Colonna, en le localisant en Corse grâce à la puce de son téléphone portable.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :