lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Les écoutes de la NSA auraient été peu concluantes

Les écoutes de la NSA auraient été peu concluantes

Reuters

dimanche 5 février 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La quasi-totalité des milliers d’Américains ayant fait l’objet d’une surveillance dans le cadre des écoutes autorisées par le président George Bush après les attentats du 11 septembre 2001 ont été rapidement lavés de tout soupçon, rapporte le Washington Post.

D’après le journal, qui cite des responsables gouvernementaux actuels et passés, les agents du renseignement chargés de ces écoutes controversées n’ont rien entendu de suspect dans les conversations téléphoniques internationales de la plupart des Américains espionnés. Chaque année, moins d’une dizaine d’Américains ou de résidents aux Etats-Unis suscitent un intérêt suffisant pour déclencher une surveillance élargie aux appels téléphoniques nationaux, poursuit le Washington Post. D’après deux sources citées par le journal, les conversations téléphoniques et le courrier électronique de milliers de personnes ont été espionnés depuis que Bush a donné son feu vert à l’Agence de sécurité nationale (NSA). Dans le cadre de ce programme, des centaines de milliers d’appels téléphoniques, de mails et de faxes sont filtrés par des systèmes informatiques qui permettent ensuite à des agents du renseignement de décider d’une surveillance particulière. La plupart des pistes ouvertes par ce biais ont été refermées en quelques semaines, voire quelques jours, ajoute le Washington Post. Le gouvernement américain affirme que ces écoutes sont nécessaires à la sécurité des Etats-Unis. Les défenseurs des droits de l’homme jugent en revanche ces mesures attentatoires aux libertés individuelles. Ces écoutes sont en outre contestées au niveau constitutionnel, car Bush les a décidées sans obtenir l’autorisation préalable d’un tribunal spécial.

JPEG - 25.6 ko

Les locaux de la NSA (National Security Agency) à Fort Meade, dans le Maryland. La quasi-totalité des milliers d’Américains ayant fait l’objet d’une surveillance dans le cadre des écoutes autorisées par le président George Bush après les attentats du 11 septembre 2001 auraient été rapidement lavés de tout soupçon.

Photo prise le 25 janvier 2006/REUTERS/Jason Reed


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :