dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Des drones au large

Des drones au large

Eddy Surmont, Le Soir en ligne

jeudi 9 février 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Première en Europe. Les avions sans pilote de l’armée endossent une nouvelle mission. Leur discrétion en fera une arme redoutable contre les navires qui dégazent en mer du Nord.

Dès cette année, la Belgique traquera les pollueurs en mer du Nord à l’aide d’avions sans pilote B-Hunter Unarmed Areal Vehicle, UAV. Une première au niveau européen qui n’attend plus que la finalisation - imminente - de l’accord financier entre le ministre de la Défense André Flahaut (PS) et le ministre de la Mer du Nord Renaat Landuyt (SP.A).

Volant à 5.000 mètres d’altitude, à une vitesse de croisière de 110 à 160 km/h, avec une autonomie de vol de dix heures, le drone (avion sans pilote) B-Hunter ne peut être détecté à l’oeil nu. Ce qui fait de cet engin de conception belgo-israélienne une arme redoutable contre les pollueurs qui opèrent souvent leurs dégazages de nuit.

C’est ce qu’espère en tout cas Thierry Jacques, de l’Unité de gestion du modèle mathématique de la mer du Nord UGMM, qui coordonne les contrôles aériens de la mer du Nord assurés jusqu’ici par deux avions conventionnels. Ces contrôles sont incontestablement dissuasifs : le nombre de dégazages au large de nos côtes est passé de 90 cas en 1999 à une dizaine en 2004.

En principe destinés à des missions militaires (reconnaissance et surveillance de zones opérationnelles), les 18 drones B-Hunter UAV dont dispose l’armée belge avaient, dès leur mise en service (début 2001), démontré leurs capacités dans d’autres domaines. Equipés de caméras rotatives de vision de jour et de nuit qui permettent de transmettre en temps réel des images vers la station de contrôle au sol, les B-Hunter avaient réussi dès leur premier vol d’essai au-dessus de la mer du Nord à prendre en flagrant délit un gazier qui vidangeait ses soutes devant la côte belge.

Une nouvelle série de vols d’essai - menée notamment dans le but d’entraîner le personnel au sol et de tester les procédures permettant la détection des pollutions provoquées par les navires - a été tout aussi convaincante. Il fallait toutefois optimaliser l’outil en apportant aux appareils quelques modifications propres à les rendre mieux adaptés à leur nouvelle mission, explique un proche du dossier.

Début décembre, les ministres Flahaut et Landuyt assisteront sur la base aérienne de Coxyde à une démonstration « live » des avions espions. Ils dévoileront par la même occasion le programme 2006 des B-Hunter au-dessus de la mer du Nord et ailleurs.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :