samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Visite du secrétaire américain à la Défense au Maroc

Visite du secrétaire américain à la Défense au Maroc

El Mahjoub Rouane, le Matin

lundi 13 février 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Après la Tunisie et l’Algérie, le secrétaire américain à la défense, Donald Rumsfeld, est au Maroc pour des entretiens avec les responsables marocains. Les questions concernant la lutte anti-terroriste auraient été, entre autres sujets, au menu des discussions.

La tournée de M. Rumsfeld intervient après sa participation à une réunion de ses homologues de l’OTAN, en Sicile (Italie), où il avait aussi rencontré des représentants des pays arabo-musulmans membres du programme « Dialogue Méditerranéen » de l’Alliance.

La Tunisie, l’Algérie et le Maroc sont membres de ce programme qui comprend également la Jordanie, la Mauritanie, l’Egypte et Israël. Le Maroc, partenaire stratégique traditionnel des Etats-Unis, coopère activement avec les services de renseignement américains et européens dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Lui, qui avait aussi été victime de la violence des extrémistes, fait partie de l’initiative des Etats-Unis pour la lutte contre le terrorisme dans les pays du Sahel, intitulée la « Trans Saharian Counterrorism Initiative », lancée après les attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain, afin d’empêcher les terroristes de se ménager des asiles sûrs en Afrique. « Les réseaux terroristes étaient attirés par les régions ayant de larges zones non administrées, où les gouvernements ont tendance à être plus tolérants à l’égard de l’extrémisme, ce qui n’est pas le cas pour les trois pays du Maghreb », a indiqué M. Rumsfeld.

Dans ce cadre, des manœuvres de « Flintlock 2005 » ont eu lieu, en juin dernier, dans cette région. Manœuvres qui viseraient à empêcher les groupes islamistes armés, notamment le GSPC algérien et Al Qaïda de fonder un Etat à eux ou des zones de refuge en Afrique. Cette opération avait aussi un impact positif pour les habitants des localités abritant cet exercice qui ont bénéficié, suivant leurs besoins, d’un appui multiforme de l’armée allant de la réalisation de forages aux dons de vivres.

Pour mener à bien cette mission, l’initiative transsaharienne a impliqué plusieurs organes du gouvernement américain : L’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) a été chargée des initiatives visant l’enseignement, le département d’Etat, de la sécurité dans les aéroports, et le ministère des Finances, des initiatives visant à renforcer les contrôles liés aux transferts de fonds dans la région. Parallèlement, le Maroc mène depuis quelques années une guerre sans merci contre les groupes présumés terroristes qui opèrent dans la région.

Presque toutes les enquêtes menées après les attentats perpétrés au Maroc et en Espagne ont montré du doigt le Groupe islamique combattant marocain (GICM). Cette organisation islamiste apparue à la fin des années 1990 et qui serait liée au réseau Al Qaïda, est soupçonnée d’être l’auteur des attentats de Casablanca ayant fait 45 morts, le 16 mai 2003. Il est également soupçonné d’avoir participé activement aux attentats qui ont fait 191 morts et plus de 1.900 blessés à Madrid le 11 mars 2004.

Aussi, plusieurs centaines d’intégristes marocains, aujourd’hui sous les verrous, seraient-ils affiliés à la Salafia Jihadia. Il est certain que la visite de M. Rumsfeld au Maroc contribuera au renforcement de la lutte anti-terroriste dans les régions du Grand Maghreb et du Sahel.

A l’initiative de l’Association marocaine des droits humains Manifestation à Rabat

Près de 200 personnes ont manifesté, dimanche en fin de matinée devant le siège du Parlement à Rabat, pour protester contre la visite au Maroc du secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, à l’initiative de l’Association marocaine des droits humains (AMDH).

Brandissant des banderoles sur lesquelles ont pouvait lire « Non à la visite au Maroc du criminel de guerre D. Rumsfeld », « Non à l’intégration du Maroc dans les plans sécuritaire et militaire de l’impérialisme américain », « Guantanamo : un crime contre l’humanité » et « Down with American imperialism », les protestants ont scandé des slogans pour dénoncer « la présence de centres de détention secrets à travers le monde » ainsi que « le terrorisme d’Etat exercé par les Etats-Unis ».

« Nous (AMDH) avons organisé ce sit-in pour protester contre la visite au Maroc du secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld, parce que nous ne pouvons accepter l’intégration du Royaume dans les plans sécuritaire et militaire des Etats-Unis », a indiqué le président de l’AMDH, Abdelhamid Amine, dans une déclaration à la MAP. « L’intégration du Maroc dans ces plans peut avoir des répercussions négatives sur la paix et la prospérité de notre peuple », a-t-il ajouté.

L’AMDH proteste vigoureusement contre la visite au Maroc de « l’un des concepteurs et exécutants de la politique criminelle de l’impérialisme américain contre les peuples et des violations généralisées des droits humains, les massacres quotidiens d’Irakiens, la séquestration et la torture devenues célèbres dans les prisons d’Abou Ghraïb en Irak et Guantanamo à Cuba », a indiqué l’AMDH dans un communiqué.

L’AMDH veut aussi se solidariser avec les peuples des pays « colonisés et occupés », Palestine, Irak, Afghanistan notamment, et exiger leur indépendance ainsi que le respect des droits humains et des droits des peuples à travers le monde.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :