vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > La gendarmerie passe au "tout IP" pour ses communications radio

La gendarmerie passe au "tout IP" pour ses communications radio

Christophe Guillemin, ZDNet France

mercredi 22 février 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La maréchaussée entend profiter des dernières innovations techniques. Elle va faire passer son réseau de communication au protocole IP. Avantages : une plus grande disponibilité et de nouvelles fonctions comme l’envoi de SMS ou la localisation par GPS.

La gendarmerie nationale a décidé de moderniser son système de communication radio embarqué dans les véhicules, en adoptant le protocole IP. « Nous voulons profiter des dernières innovations techniques pour que ce réseau de communication soit en adéquation avec tous les besoins des gendarmes sur le terrain », explique le capitaine Cédric Collard, de la sous-direction des télécommunications et de l’informatique.

Baptisé Rubis, le réseau de communication mobile de la gendarmerie est déjà passé de l’analogique au numérique entre 1994 et 2000 en utilisant la technologie TDM (Time Division Multiplexing). Cette dernière assure un routage des données par intervalle de temps, ce qui signifie que les informations sont transmises selon un rythme défini. Le protocole IP (Internet Protocol), permet quant à lui un routage dynamique des données ; leur transmission est automatiquement optimisée en temps réel.

Une maintenance facilitée

C’est EADS Secure Networks qui est chargé du projet. La division réseau du groupe franco-allemand de défense avait déjà réalisé la première phase de Rubis.

« Le passage à l’IP offre avant tout une plus grande disponibilité du réseau, les équipements étant capables de sélectionner à chaque instant les meilleures ressources disponibles, à commencer par les relais radio », explique Hervé Durand, responsable du compte gendarmerie chez EADS Secure Networks. « Si le signal est bloqué, il peut facilement être détourné par un autre chemin », poursuit-il. Enfin, du point de vue de la maintenance, l’IP permet d’installer des correctifs à distance.

Les gendarmes pourront s’envoyer des SMS

Côté utilisateur, la qualité sonore du système sera d’une manière générale améliorée. Même chose pour l’accès aux différents services, dont celui des fichiers de l’espace Schengen (personnes recherchées, voitures volées, etc.).

Le passage au protocole IP permet également d’étoffer les fonctions du système de communication de la maréchaussée. Les gendarmes vont ainsi pouvoir s’échanger des SMS, comme avec un téléphone mobile. « Il s’agit de messages courts de deux types. Les premiers sont des messages de services, ou messages de statut. Le texte est préprogrammé : par exemple "départ de patrouille" ou "en intervention" », poursuit le capitaine Collard. « L’autre type de message est un texte rédigé par l’utilisateur, comme ceux des SMS classiques de la téléphonie mobile ».

Autres nouvelles fonctions : la géolocalisation par GPS des unités sur le terrain, le double appel et la présentation du numéro, ainsi que les « écoutes d’ambiances ». Ces dernières permettent au central d’écouter discrètement, à distance, ce qui se passe dans un véhicule, par exemple en cas d’agression des gendarmes.

Cette modernisation de Rubis dispose d’une enveloppe budgétaire d’environ 32 millions d’euros. La mise à jour débutera pendant l’été 2008, pour se terminer un an après. La gendarmerie nationale utilise dans ses véhicules quelque 22.500 terminaux embarqués qui, pour la plupart, pourront fonctionner avec le nouveau système. Cependant, pour une meilleure ergonomie, par exemple pour l’écriture de SMS, ils seront progressivement remplacés.

Un autre projet équivalent, portant cette fois sur les combinés piétons, est à l’étude.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :