dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Le FSB sera le principal "chasseur" de terroristes en Russie

Le FSB sera le principal "chasseur" de terroristes en Russie

RIA Novosti

lundi 27 février 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Lorsque la "Loi sur la répression du terrorisme" adoptée hier par la Douma entrera en vigueur, l’organe supérieur officiellement mandaté pour lutter contre le terrorisme en Russie sera le Service fédéral de sécurité (FSB) , habilité à engager sans avoir à en demander l’autorisation du chef de l’Etat les forces armées - jusqu’à un régiment - et le cas échéant, à abattre avec leur aide les avions détournés par des terroristes, écrit le Kommersant.

Nikolaï Kovalev, député (Russie Unie), directeur du FSB en 1996-1998 : Le projet de loi est dur mais en Russie la dureté de la loi est compensée par son inexécution. De toute façon, il est souhaitable que la loi soit formulée de manière encore plus détaillée.

Guennadi Goudkov, député (Russie Unie), colonel du FSB à la retraite : Il est impossible de vaincre le terrorisme sans une réforme radicale du système judiciaire. Malgré tous les points forts de la nouvelle loi, je ne comprends pas pourquoi le document ne précise pas la durée des opérations antiterroristes si elles s’éternisent ou si plusieurs régions du pays sont concernées. Mais c’est la hâte qui m’agace le plus : quelqu’un avait besoin de rendre compte du travail effectué et le document a été écrit avec précipitation.

Guennadi Zaïtsev, commandant du groupe antiterroriste Alfa en 1977-1988 et en 1992-1995 : La nouvelle loi n’est pas de nature à en finir avec le terrorisme. Une chose est pourtant bonne : maintenant il y a un responsable concret, le chef du FSB. Personne ne pourra rejeter la responsabilité sur autrui. C’est déjà un progrès.

Igor Rodionov, député (Rodina), ministre de la Défense en 1996-1997 : Nous avons livré bataille au terrorisme mondial mais en réalité nous avons une guerre civile au Caucase du Nord. L’Amérique a inventé le terrorisme mondial pour s’ingérer dans les affaires des pays qu’elle juge indésirables. Dommage que le président en exercice ait repris la politique de la période eltsinienne et que maintenant on adopte des documents inutiles.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :