lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Terrorisme : Paris cible possible

Terrorisme : Paris cible possible

Reuters

mardi 7 mars 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Un Livre blanc, rendu public mardi, détaille sept scénarios d’attaques terroristes possibles contre la France.

Le gouvernement a rendu public mardi 7 mars le Livre blanc sur le terrorisme, qui reconnaît que la France est "un objectif particulier" des terroristes et détaille sept scénarios d’attaques. Né d’un travail de près d’un an réunissant des spécialistes des services de renseignements (DGSE et DST), des ministères des Affaires étrangères et de la Justice et des experts indépendants de la fondation pour la recherche stratégique, le Livre blanc vise à "définir une stratégie de riposte et de lutte adaptée à la menace", selon le Premier ministre. Sous le titre "Des perspectives préoccupantes pour la France", il analyse les raisons pour lesquelles le territoire français est "un objectif particulier" du terrorisme mondial.

Contre la laïcité

Pour les experts, "le réquisitoire est toujours construit autour des mêmes griefs : passé présenté comme particulièrement lourd (des croisades jusqu’à la colonisation) : présence militaire sur des terres musulmanes (par exemple à Djibouti) ; soutien affirmé aux régimes ’apostats’, spécialement au Maghreb ; laïcité affichée de l’Etat républicain ; prétention à organiser l’islam selon un modèle national ; détermination des juges et des services français à neutraliser préventivement les terroristes et leurs complices". Deux nouveaux griefs s’y ajoutent depuis quelques années : la loi du 15 mars 2004 sur les signes religieux à l’école et la participation des forces françaises aux opérations menées en Afghanistan. Le Livre blanc souligne que depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis "pas moins de huit communiqués ont allongé la liste des appels à punir" la France.

Attaque radiologique, attentat chimique...

Les experts ont élaboré sept scénarios d’attaques. Le premier scénario, semblable au précédent de 1995, est "la campagne d’attentats à l’explosif" conduit par un groupe terroriste. Etalée sur plusieurs mois, elle viserait des lieux accueillant du public (métro, bus, aéroports, écoles...). Deuxième danger évalué : "les attentats multiples simultanés", sur le modèle des attentats de Madrid en mars 2004, ou de Londres en juillet 2005. Les cibles retenues sont "par exemple des grands centres commerciaux". Le troisième scénario porte sur une campagne d’"attentats diversifiés transfrontaliers", qui conduirait trois groupes terroristes à frapper dans trois pays des intérêts différents (ports, centrales nucléaires, réseaux informatiques). Les quatre derniers scénarios portent sur une attaque radiologique (explosion d’une bombe sale dans "un réseau souterrain de transport public"), un attentat chimique (dans un lieu de grande affluence), une attaque biologique infectieuse (déclenchant une épidémie durant plusieurs mois) et enfin une tentative de détournement d’une arme nucléaire vers un grand centre urbain.

Prévention dans les prisons

Parmi les pistes retenues pour améliorer la lutte antiterroriste, la politique de prévention dans les prisons pour endiguer une activité prosélyte créant de nouveaux activistes est mise en avant dans le Livre blanc. La France a déjà durci la législation antiterroriste avec la loi du 23 janvier. Le Premier ministre Dominique de Villepin, qui a réuni mardi les ministres concernés par la lutte antiterroriste, a décidé de maintenir le plan Vigipirate au niveau rouge. Le plan Vigipirate prévoit quatre niveaux de vigilance : jaune pour "accentuer la vigilance", orange pour "prévenir une action terroriste", rouge pour "prévenir les attentats graves" et écarlate pour "prévenir les attentats majeurs".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :