lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Des étudiants en défense du cybersespace

Des étudiants en défense du cybersespace

Nicolas.G, PCINpact

lundi 13 mars 2006, sélectionné par Spyworld

logo

C’est dans une école catholique de Rome, près de New York, que des étudiants, au travers d’un programme pilote, se forment à devenir des cyberprotecteurs. Construit autour d’un apprentissage spécifique, ce programme enseigne la protection de données, le protocole de connexion d’un ordinateur et donc ses vulnérabilités.

Sont aussi présentées la dissimulation de données, le contrôle des firewalls, les infrastructures et la sécurisation d’un système sans fil. Mais surtout, on y évoque des problèmes éthiques et des considérations légales. Si les étudiants admettent la difficulté de cette formation, ils reconnaissent également la nécessité de maîtriser ces domaines. Les initiatives de lutte se multiplient donc contre la cybercriminalité, à l’instar de celle de Microsoft, voici quelque temps, de part et d’autres de l’Atlantique.

Rappelons qu’en février 2003, le président Bush évoquait l’importance de la cybersécurité, pour parer aux attaques terroristes, au cours de la NSSC (National Strategy to Secure Cyberspace). C’est ainsi qu’avec l’aide d’experts des laboratoires de recherche de l’US Air Force (déjà à l’origine d’un programme similaire entamé voilà 4 ans), ce programme a débuté.

Kamal Jabbour, le responsable commente : « Au-delà d’un apprentissage enseignant à protéger leurs capitaux numériques, cette course lance un véritable défi à l’imagination de chacun. Ainsi, peut-être seront-ils plus enclins à se lancer dans une carrière d’ingénieur en informatique et dans la cybersécurité. » Et si l’on argue que ces ambitions sont légion aux Etats-Unis, Eric Spina, doyen de l’université de Syracuse, partenaire de ce programme, précise que celle-ci s’en distingue clairement : « II s’agit d’une étape nouvelle que l’on vient de franchir. »

Pour l’heure, treize étudiants y participent pour une durée de vingt semaines ; quatre jours par semaine, les élèves se réunissent pour 45 minutes d’apprentissage, avec deux séances de travaux pratiques. Si ce programme montre de signes de réussite, il pourrait être étendu jusqu’à tout le pays avant 2008.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :