lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Les métamoteurs, archivistes de fichiers personnels

Les métamoteurs, archivistes de fichiers personnels

Olivier Zilbertin, Le Monde

lundi 31 janvier 2005, sélectionné par Spyworld

Au fil des années numériques, on n’y avait pris garde. Les uns après les autres, les documents s’étaient comme amoncelés sur toutes les étagères virtuelles de notre disque dur. On y trouvait en vrac : des collections complètes de journaux en PDF, des dizaines de milliers de pages Web en html, des tonnes de rapports en . doc, des livres de comptes en .xls.

Et il y eut aussi la musique en MP3, les images numériques, les mails et leur cortège de pièces jointes. Un joli fouillis sans fin. Tout cela construisait, brique après brique, l’édifice titanesque d’archives électroniques babyloniennes. Autrefois, c’est-à-dire avant l’ère binaire, conserver une telle somme aurait demandé des locaux immenses. Là, tout tenait dans les aspérités mystérieuses d’un petit disque optique. Oui, mais voilà : même soigneusement rangée chaque jour dans des dossiers et des sous-dossiers de l’arborescence informatique, cette documentation est rapidement devenue inexploitable.

Impossible, sans y passer des heures - et encore ! -, de retrouver un fichier précis. Les utilisateurs de Macintosh étaient certes un peu mieux lotis, et le sont encore plus avec la nouvelle technologie Spotlight intégrée au système d’exploitation Tiger. Mais les autres ? Paradoxal talon d’Achille de l’informatique : grâce aux moteurs de recherche de plus en plus sophistiqués et puissants, il n’était guère compliqué de débusquer un document idoine, pourtant oublié au fond d’une bibliothèque numérique sur un serveur de Guinée-Bissau. Pas plus d’accéder en quelques clics à la page attendue et la bonne, extirpée de la mémoire binaire des archives complètes du Pentagone. Mais débusquer dans ses propres chemises un article défini, ou une série de pages sur un thème précis, impossible.

Jusqu’à ce que vienne Copernic. Aux routiers de la recherche électronique, le nom évoque forcément quelque chose. Copernic, c’est depuis des années ce qu’il est convenu d’appeler un métamoteur.

Un logiciel qui se charge pour vous d’interroger les différents outils de recherche du Web, de compiler les réponses, de les classer, et éventuellement de veiller pour vous aux nouvelles données qui pourraient apparaître sur le sujet. Mais, là encore, le logiciel québécois pouvait sans mal le plus sur l’immensité du Web, mais ne pouvait pas le moins sur le timbre du disque dur. Sauf depuis la venue récente de ce petit outil futé qui s’appelle Copernic Desktop Search (CDS), que l’éditeur québécois met gratuitement à la disposition de qui le veut sur son site (www.copernic.com). Sa fonction, comme on l’aura compris, est de faire sur les données stockées localement ce que les "grands" robots de la recherche en ligne font à l’échelle de la Toile universelle. Malin, autrement dit, CDS s’ingénie tout d’abord à indexer l’ensemble des documents présents sur le disque. Tous les documents, cela va sans dire, y compris le répertoire d’Outlook et les pièces jointes, les fichiers musicaux et vidéo. Ne reste plus alors qu’à exprimer ses requêtes - expressions complètes, ou mots-clés combinés grâce aux opérateurs booléens - pour obtenir en un clin d’œil la sélection d’articles correspondants.

Sur ce secteur, Copernic n’est certes pas le seul. Les acteurs de la recherche s’y sont en effet lancés en même temps ou presque. Que des outils gratuits ; pour le moment, il y a Google Desktop (http://desktop.google.com/index.html), Yahoo Desktop Search depuis le début de l’année (http://desktop.yahoo.com/), ou encore Ask Jeeves Desktop Search (http://sp.ask.com/docs/desktop). Sans oublier Microsoft, qui propose depuis peu un outil de ce genre dans sa nouvelle barre d’outils MSN. AOL, de son côté, reconnaît y travailler.

Mais, entre ceux qui ne parlent pas encore un mot de français et ceux qui ne veulent pas reconnaître le format PDF, Copernic, le plus complet, a pris un tour d’avance.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :