mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Washington : La NGA va structurer la recherche géospatiale américaine

Washington : La NGA va structurer la recherche géospatiale américaine

Intelligence Online

jeudi 23 mars 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La National Geospatial-Intelligence Agency est en passe de devenir l’acteur central du renseignement géospatial américain, mais aucune structure ne coordonne sa stratégie de "recherche et développement".

Alors que les principales agences gouvernementales impliquées dans l’observation géospatiale (U.S. Geological Survey et National Science Foundation) réduisent considérablement leurs financements de "recherche et développement", la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA) s’impose comme l’acteur central du secteur. Commandée en 2004 par la NGA, une étude du National Research Council (NRC), à paraître bientôt, a constaté qu’aucune structure de coordination de la "recherche et développement" n’existe actuellement au sein de l’agence. Intitulé "Priorities for GEOINT Research at the NGA", ce rapport de 112 pages propose la création d’un comité de coordination au sein de la direction Innovision, associant chercheurs de la NGA, chercheurs extérieurs, sociétés privées et acteurs gouvernementaux. Ce comité aurait la charge de définir un plan de recherche, d’éviter les redondances et de proposer des thématiques de recherche réellement en phase avec les besoins de l’agence. La création d’une telle structure de coordination paraît d’autant plus nécessaire que la NGA finance de très nombreux programmes de "recherche et développement", aussi bien en interne via ses Academic Research Programs, qu’en externe à travers In-Q-Tel, la Darpa, l’Open Geospatial Consortium, Rosettex, la National Technology Alliance, etc. Elle cofinance également le programme Ariva en coopération avec la NSA. Le comité de la NRC qui a réalisé l’étude (voir schéma ci-dessous) propose des solutions technologiques pour chacun des dix axes de recherche définis par la NGA. Il insiste, en particulier, sur le développement de standards permettant le partage de données au sein de la communauté géospatiale américaine (civile et militaire), ainsi qu’avec des services alliés étrangers. Ces standards pourraient être définis au sein de l’Open Geospatial Consortium, instance de normalisation cofondée par le Pentagone et qui associe plus de 300 entreprises et institutions internationales.

GIF - 59.4 ko

Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :