dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Drones France-Israël : les américains ont refusé de livrer des composants à (...)

Drones France-Israël : les américains ont refusé de livrer des composants à EADS....au désespoir des israéliens

Daniel Rouach, Israel Valley

mercredi 29 mars 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Selon un rapport français, les américains ont refusé de livrer des composants essentiels à la France. Ceci à entrainé le ralentissement de la fabrication d’un drone “franco-israélien”.

Dans le cadre de la coopération France-Israël dans les drones ceci a eu des conséquences directes négatives pour EADS.

Les américains ont ainsi bien bloqué indirectement les israéliens qui désiraient collaborer pleinement et sans arrières pensées... et ceci sans la “bénédiction formelle” des USA. Pour cet article, Israelvalley.com n’a utilisé que des informations ouvertes et publiques.

Les faits

Le programme de drone “système intérimaire de drone male” est le suivant selon la DGA :

« Pour succéder au système de drones Hunter, la Délégation Générale pour l’Armement a l’offre d’EADS s’appuyant sur une plateforme de type Eagle 1 produite par IAI, mais adaptée aux besoins français par les deux industriels EADS et IAI.

Le contrat d’un montant total de 75 M€, dont 41 M€ pour la tranche ferme, inclut 7 années de Maintien en Condition Opérationnelle avec un engagement de disponibilité opérationnelle.

Ce contrat a pour objectif la livraison d’une prestation complète et forfaitaire au profit de l’Armée de l’air française comprenant le système en lui même (3 véhicules aériens équipés de charges utiles, les modules sol et les moyens de communication associés), la formation des utilisateurs, la documentation et le Maintien en Condition Opérationnelle pour les 7 années d’utilisation.

Le texte est clair sur le blocage américain :

“Afin de répondre aux besoins de l’Armée de l’Air française, des modifications ont été apportées au système de drone Eagle d’origine israélienne.

En premier lieu, il a été décidé, bien que la proposition initiale ait été basée sur des communications d’origine israéliennes, de développer une chaîne de liaison de données numérique complète entre le véhicule aérien et les modules au sol.

Ce choix d’un développement européen constitue un investissement majeur pour l’avenir dans ce domaine clef des drones à longue endurance.

La chaîne de liaisons de données est en effet le sous-système le plus critique pour un système non-piloté de cette nature.

Toutefois, des difficultés majeures ont été rencontrés, engendrant un retard du programme : interdiction d’exportation de composants américains après les événements du 11 septembre conduisant à re-développer un module aérien « ITAR free » pour la liaison à vue directe, difficultés techniques de développement et d’intégration pour la liaison satellite.”


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :