lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Identification humaine : la RFID a les crocs

Identification humaine : la RFID a les crocs

Michel Rousseau, Silicon.fr

vendredi 31 mars 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Des scientifiques de l’université catholique de Louvain en Belgique ont implanté des informations personnelles dans une dent humaine.

Ils prétendent en effet que l’implant RFID inclus dans la dent sera utile aux scientifiques légaux essayant d’identifier des corps après des catastrophes naturelles ou des attaques terroristes avec de nombreuses victimes. Ils mettent en avant les avantages de cette technique par rapport à une carte d’identité simple.

"Vous avez mis votre carte d’identification dans votre poche, nous l’avons mise dans une dent," a déclaré Patrick Thevissen, un odontologiste légiste de l’Université Catholique de Louvain en Belgique. L’identifiant radio peut diffuser l’information comprenant le nom d’une personne, la nationalité, la date de naissance, le genre et le code d’identification nationale et peut être lu après la mort.

L’idée est survenue en raison de la difficulté et des dépenses encourues pour identifier des victimes des catastrophes comme le tsunami du Pacifique. La principale source d’identification fut en effet la dentition des victimes. Mais cette identification était longue et pour s’assurer de l’identité des victimes il fallait être en possession des clichés dentaires des restes retrouvés.

Le Dr Thevissen et ses collègues ont indiqué lors de la réunion annuelle de l’académie américaine des sciences légales à Seattle qu’ils avaient adapté une étiquette d’identification électronique utilisée habituellement par les vétérinaires sur les animaux. En laboratoire, un trou a été foré dans une dent et l’étiquette RFID y a été introduite. Des tests de pression et de chaleur ont été effectués.

Mais l’expansion et la contraction répétées de la dent, due par exemple au réchauffement et au refroidissement provoqués par des boissons chaudes ou glacées, constituent encore un problème. L’équipe veut modifier la conception afin d’inclure une couche d’isolation. Selon elle, l’avantage de l’étiquette est qu’elle permettra l’identification rapide d’un corps décomposé.

"Quand vous mettez toutes les descriptions dans un endroit dans le corps, il ne peut y avoir aucune erreur. Vous avez une identification immédiate," précise le Dr Thevissen. Les dents sont particulièrement robustes et peuvent perdurer des centaines de milliers d’années.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :