mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Bush et les écoutes : nouveau Wategate ?

Bush et les écoutes : nouveau Wategate ?

AP

samedi 1er avril 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Un ancien conseiller de Richard Nixon a affirmé que le programme d’écoutes secret est une affaire plus grave que celle du Watergate.

L’avocat de la Maison blanche à l’époque de l’ancien président américain Richard Nixon, John W. Dean, a affirmé vendredi 31 mars que le programme d’écoutes secret du président George W. Bush est une affaire plus grave que celle du Watergate, qui avait valu à Nixon de démissionner, en 1974. M. Dean, qui s’exprimait devant la commission judiciaire du Sénat, a estimé que le Congrès américain devrait voter une motion de censure à l’encontre du président Bush -voire l’inculper. "Si le Sénat ou la Chambre (des représentants), ou les deux, avaient censuré ou d’une façon ou d’une autre averti Richard Nixon, la tragédie du Watergate aurait pu être évitée", a-t-il déclaré. "Espérons que le Sénat ne laissera pas se produire des abus encore plus sérieux".

Manœuvre politique

Les sénateurs républicains ont cependant rejeté la comparaison entre le programme d’écoutes de M. Bush et l’affaire du Watergate, lors de laquelle des opposants du président Nixon avaient été mis sur écoute téléphonique et cambriolés, entre autres. Selon les républicains, une résolution de censure contre M.

Bush, proposée par le sénateur démocrate Russell Feingold, n’est autre qu’une manoeuvre politique en année électorale. Le "New York Times" avait révélé en décembre que l’administration Bush avait mis en place après les attentats du 11 septembre 2001 un programme de surveillance du courrier électronique et des appels téléphoniques sur le sol américain, sans le mandat de la justice. George W. Bush assure disposer des pouvoirs légaux pour autoriser cette surveillance, visant selon lui à traquer des terroristes avant qu’ils ne puissent passer à l’oeuvre. M. Dean avait passé quatre mois en prison pour son implication dans l’affaire du Watergate.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :