mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Anonymizer cherche la faille dans le pare-feu gouvernemental (...)

Anonymizer cherche la faille dans le pare-feu gouvernemental chinois

Arnaud Dimberton, Silicon.fr

mardi 4 avril 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Cette société propose au téléchargement un service qui permet aux internautes chinois de contourner la censure gouvernementale.

Protéger son identité sur Internet, c’est-à-dire principalement son adresse IP, est désormais possible. Le spécialiste de la protection de l’identité en ligne Anonymizer annonce le lancement de son programme spécialement conçu pour les internautes chinois disponible sur le site xifuchun.com

Ce programme permet de devenir invisible sur le net et ainsi contourner les filtres pro censure de Pékin.

Pour cela, cette application protège les informations sur l’identité de l’internaute qui sont normalement accessibles par le gouvernement. L’URL de téléchargement du programme devrait régulièrement changer pour éviter un blocage des autorités chinoises. Pour cela Anonymizer compte sur l’opportunisme de ses utilisateurs qui sont invités sur le site à s’échanger et partager le programme.

Dans un premier temps, l’utilisateur doit entrer une adresse de courriel valide de façon à recevoir les mises à jour et la dernière URL pour télécharger le programme. Ce service n’est valable que pour les internautes dont l’adresse IP est localisée en Chine. La même solution existe pour l’Iran.

La technologie utilisée par Anonymizer est proche de celle d’un proxy. L’adresse IP est cachée ou modifiée et le dossier contenant les cookies reste vide. Il est donc très difficile pour les autorités de vérifier l’activité de l’internaute. Les citoyens chinois peuvent télécharger le programme gratuitement.

"Anonymizer est enthousiaste à l’idée de fournir un service gratuit au peuple chinois" explique Lance CoTTrel, président et responsable technique du programme au journal en ligne The Register, "notre ambition est de faire du web un terrain de jeu libre pour tous, même pour les pays souffrant d’un régime autoritaire. Après l’Iran et la Chine nous allons proposer ce service gratuit dans d’autres pays." Reste maintenant à connaître la réaction de Pékin...


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :