mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Satellites :accords entre Alcatel et Thales

Satellites :accords entre Alcatel et Thales

Nouvelobs.com

mercredi 5 avril 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’accord ne mentionne pas l’entrée ultérieure d’EADS.

Alcatel va passer de 9,5% à 21,6% dans le capital de Thales en échange de l’apport de ses activités dans les domaines des satellites et de la sécurité, annonce l’électronicien de défense mercredi 5 avril. Cette opération, dont la finalisation est prévue au cours du second semestre l’année, apportera plus de deux milliards d’euros au chiffre d’affaires de Thales - soit une hausse de 20% par rapport aux 10,3 milliards d’euros de ventes de 2005 - et devrait être relutive sur le bénéfice net par action dès la première année. Dans un communiqué, le groupe ajoute que l’opération devrait lui permettre de dégager des synergies opérationnelles de 50 millions d’euros environ à l’horizon 2008, tout en ajoutant qu’elle n’aura "pas d’impact négatif sur la situation de l’emploi".

Pôle de consolidation

"Thales confirme par ailleurs son ambition de constituer le pôle de consolidation européen de l’industrie électronique pour la défense, l’aéronautique et la sécurité", souligne Thales.

"Ainsi (...) le conseil d’administration a mandaté le président pour examiner, selon une démarche similaire, les projets qui pourraient être envisagés, tant dans le domaine des satellites que dans celui de l’électronique de défense, avec les autres acteurs européens, dans la mesure où ces derniers exprimeraient leur intérêt et où ces projets recueilleraient l’accord d’Alcatel, partenaire industriel de Thales, conformément au pacte d’actionnaires en vigueur", poursuit le groupe, sans mentionner explicitement la proposition d’EADS d’entrer dans son tour de table. L’opération se fera en deux volets : d’une part Thales émettra 26,67 millions d’actions au bénéfice d’Alcatel et d’autre part il versera 673 millions d’euros en numéraire à l’équipementier télécoms, un éventuel complément de prix pouvant être payé au début de 2009. A la suite de ces transactions, la part de l’Etat descendra à 27,1% du capital - contre 31,3% aujourd’hui - et celle du Groupe industriel Marcel Dassault (GIMD) à 5% - contre 5,7% actuellement.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :