dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Israël Drones . "Les Israéliens ont conservé dans le segment des drones (...)

Israël Drones . "Les Israéliens ont conservé dans le segment des drones tactiques et des Male une avance technique et technologique sur leurs rivaux"

Michel Cabirol, la Tribune, via IsraelValley

dimanche 23 avril 2006, sélectionné par Spyworld

logo

D’ici à 2011, le marché des avions sans pilote est estimé entre 5 et 6 milliards d’euros, dont 50 aux Etats-Unis. Il progressera de 15 par an en France et aux Etats-Unis.

Le marché des drones est sur le point d’exploser, selon les prévisions des experts et des industriels. D’ores et déjà, plus d’une trentaine de pays ont lancé des projets de développement de ces nouveaux systèmes de combat qui ont été largement utilisés par les Etats-Unis, lors des derniers conflits armés (Irak, Afghanistan, Kosovo...).

Des pays comme l’Iran ont même annoncé leur volonté d’exporter “très prochainement” des drones de leur fabrication. Et l’Irak de Saddam Hussein avait, au moment du déclenchement de la guerre, à sa disposition un drone, certes primitif mais de son cru.

De son côté, la France développe des drones depuis vingt ans. Elle a utilisé en Bosnie et au Kosovo des drones tactiques (Crécerelle, CL-289...).

Mais c’est véritablement Israël qui a modernisé dans les années 70 et 80 les capacités opérationnelles des drones. Ils ont été déployés dès la guerre du Kippour, en 1973, et ont été utilisés pour des missions de surveillance et de renseignement, afin d’épargner la vie des pilotes. Leur utilisation s’est révélée cruciale tant l’aviation israélienne avait subi de pertes : plus de 40 % de ses avions de combat abattus par les batteries sol-air des pays arabes, notamment. Depuis, les Israéliens ont conservé dans le segment des drones tactiques et des Male une avance technique et technologique sur leurs rivaux.

C’est d’ailleurs pourquoi ces avions développés par Israël restent parmi les produits les plus performants au monde. Et des sociétés comme Israeli Aircraft Industries (IAI) et Elbit Systems, via sa filiale Silver Arrow, inondent le marché mondial de leurs produits (Hunter, Hermes, Heron) et des dérivés développés en partenariat avec les Européens. Les Américains ont, quant à eux, investi essentiellement dans les Male (Predator) et dans les Hale (haute altitude, longue endurance), à l’image du Global Hawk, le seul actuellement sur ce marché. Les Etats-Unis ont consacré 1,6 milliard de dollars environ au développement de ce programme, pour la construction de six prototypes. Et le Pentagone prévoit d’affecter environ 4 milliards de dollars en développement et en acquisition au Global Hawk jusqu’en 2009 (à 65 millions de dollars environ l’unité).

Maturité technologique. Dans ce contexte, les industriels et les organismes étatiques estiment que le marché du drone arrive aujourd’hui à maturité technologique. explique Etienne Leray, responsable du domaine technique des systèmes de drones à la DGA. En 2003, la France a dépensé au total 60 millions d’euros pour la R & T (recherche et technologie), le développement et l’acquisition des drones. D’ici à 2010, il estime le marché européen à 500 millions d’euros pour les drones tactiques et 1 milliard d’euros pour les Male. Enfin, le marché des Hale n’est pas tout à fait mûr faute de crédits pour le moment. Selon certains experts, l’ensemble des pays vont dépenser au total environ 1 milliard d’euros en 2003 sur l’ensemble de la gamme existante. Ils évaluent en outre les potentialités du marché entre 5 et 6 milliards d’euros d’ici à 2011, les Etats-Unis dépensant la moitié.

Enfin, les drones restent, selon les premières études, financièrement intéressants pour les armées. Les évaluations du coût de possession global des drones de combat les placent au tiers de celui d’un avion de chasse. D’autres économies peuvent être réalisées sur le MCO (Maintien en condition opérationnel).


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :