mercredi 20 septembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Le directeur central des RG devrait être remplacé par son adjoint

Le directeur central des RG devrait être remplacé par son adjoint

Piotr Smolar, le Monde

mardi 25 avril 2006, sélectionné par Spyworld

A un an de l’élection présidentielle, un des postes les plus sensibles de l’administration policière va changer de titulaire. Le directeur central des renseignements généraux (DCRG), Pascal Mailhos, devrait quitter ses fonctions. Sa nomination au poste de secrétaire général adjoint du ministère de l’intérieur pourrait être annoncée à l’issue du conseil des ministres du mercredi 26 avril.

M. Mailhos prendrait la tête de la direction de la modernisation et de l’action territoriale et retrouverait le corps préfectoral dont il est originaire. Son adjoint, Joël Bouchité, 49 ans, qui a fait toute sa carrière aux RG, est pressenti pour lui succéder à la tête du service de renseignement. Cet homme du sérail devra prolonger la modernisation des RG et leur ancrage dans deux missions prioritaires : l’antiterrorisme et les violences urbaines.

Agé de 47 ans, M. Mailhos avait été désigné en janvier 2004 pour prendre la suite d’Yves Bertrand, qui avait occupé le poste pendant douze ans. Sa nomination avait constitué une solution de compromis entre Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, ce dernier préférant à l’époque la candidature du numéro 2 des RG, Bernard Squarcini, aujourd’hui préfet délégué pour la sécurité à Marseille. Les explications divergent pour justifier ce changement soudain à la tête des RG. Certains, diplomates, soulignent que le poste de secrétaire général adjoint se libérait et convenait bien au profil et aux souhaits de M. Mailhos.

ECHÉANCES ÉLECTORALES

D’autres disent plus abruptement que la proximité de l’élection présidentielle oblige à faire des choix cruciaux. La décision de remplacer M. Mailhos aurait été facilitée, selon une source proche de M. Sarkozy, par les contacts directs renoués entre ce dernier et le président de la République depuis la fin de la crise du CPE. A un an seulement de l’échéance électorale, et alors que les perquisitions spectaculaires se multiplient dans l’affaire Clearstream, dont il s’estime être une des victimes, Nicolas Sarkozy souhaiterait compter, à la tête des RG, sur un véritable technicien du renseignement. A cela s’ajoute un autre élément de réflexion : la menace d’un attentat terroriste en France, au cours des mois précédant l’élection.

La DCRG devra également gérer l’emménagement dans de nouveaux locaux, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), avec la direction de la surveillance du territoire (DST) et la division nationale antiterroriste (DNAT), prévu en fin d’année. Ce rapprochement pourrait préfigurer la création d’un service de renseignement antiterroriste unique, dans l’hypothèse d’une victoire de M. Sarkozy en 2007.

Lors d’une rencontre au ministère de l’intérieur, début avril, avec des responsables policiers, M.Sarkozy a évoqué d’autres changements possibles. François Jaspart, le patron de la police judiciaire parisienne, pourrait quitter ses fonctions et se voir proposer le poste de préfet délégué pour la sécurité à Lille, à la place de Roger Marion qui aurait la possibilité d’être titularisé comme préfet et de partir à la retraite simultanément. Le nom le plus souvent cité pour succéder à M. Jaspart est celui de Frédéric Péchenard, sous-directeur des affaires économiques et financières.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :