mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Jacques Chirac joue la carte de l’innovation industrielle

Jacques Chirac joue la carte de l’innovation industrielle

Le Figaro, avec AFP

mardi 25 avril 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Le président de la République a lancé mardi six projets visant à « inventer les produits de demain ». Un moteur de recherche multimédia, un véhicule hybride ou un système de télévision sur mobile par satellite... En tout 600 millions d’euros vont être investis. Pour commencer.

C’est peut-être le dernier grand projet de son quinquennat. En présentant mardi les six premiers projets retenus par l’Agence d’innovation industrielle (AII), Jacques Chirac a souhaité les voir « entraîner la puissance et le talent de notre continent tout entier ». L’enjeu ? « Inventer les procédés, les applications et les produits de demain », a martelé le président. Car il le reconnaît, la France a du retard en la matière : « Parmi les trente entreprises mondiales qui investissent le plus dans la recherche, on ne compte à ce jour qu’une seule entreprise française », regrette-t-il. D’où cet effort de recherche et de développement de 600 millions d’euros, destiné à co-financer 5 projets prometteurs (le moteur hybride sera à part).

1,7 milliard d’euros

Présidée par le PDG de Saint-Gobain Jean-Louis Beffa, l’AII est dotée d’une enveloppe de 1,7 milliard d’euros et étudie actuellement 30 projets. Elle les retient lors de ses conseils de surveillance et signe ensuite un contrat avec un industriel, lui-même en liaison avec une série d’entreprises (PME, laboratoires publics et privés...). Si ces projets échouent, les pertes financières sont partagées entre l’industriel et l’Agence. S’ils réussissent en revanche, l’entourage de Jacques Chirac assure qu’ils peuvent induire au total « des dizaines de milliers d’emplois indirects ». Les 6 premiers sélectionnés vont donc faire office de pionniers. Tour d’horizon.

- QUAERO : Piloté par Thomson, le programme franco-allemand vise à créer des logiciels de recherche multimédia pour le grand public, sur ordinateur et sur téléphone mobile. Il s’agit de rattraper le retard pris en la matière sur les Américains, inventeurs de Google, moteur de recherche n°1 dans le monde. France Telecom participe également au projet ainsi que des PME comme Exalead, Bertin Technologies et Vecsys.

L’AII prévoit de contribuer au projet à hauteur de 90 millions d’euros sur un total de 250 millions.

- NEOVAL : Présenté par Siemens Transportation Systems SAS (ex Matra transports), il vise à développer une nouvelle génération de métros automatiques, qui rechargent leurs batteries lors de leur passage en station, supprimant ainsi les rails d’alimentation et les caténaires. La démonstration du concept est prévue dans 18 mois et l’objectif est de créer ou de maintenir en France 500 emplois très qualifiés.

L’AII collaborera à hauteur de 26 millions d’euros au programme évalué à 62 millions.

- BIOHUB : Projet de « chimie verte » présenté par l’amidonnier Roquette Frères, entreprise familiale du Pas-de-Calais. Il a pour objet de fabriquer des produits chimiques à partir de céréales (blé, maïs) via une bio-raffinerie. A terme, 1.300.000 tonnes de céréales, soit la production de 160.000 hectares, seront traitées chaque année par cette usine.

Doté d’un budget de 96 millions d’euro (dont 43 millions seront financés par l’AII), il s’appuie sur de grandes sociétés chimiques européennes comme Akrema (France), DSM (Pays-Bas) et Cognis (Allemagne), et sur les travaux d’une PME de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Metabolic Explorer.

- HOMES : Proposé par Schneider Electric, le programme prévoit de réduire de 20% la consommation d’énergie des bâtiments grâce à la mise au point de nouveaux systèmes plus rationnels pour l’éclairage, le chauffage, la climatisation, la ventilation, etc.

Il se présente sous la forme d’une PMII pilotée par Schneider Electric, à laquelle contribuent des entreprises comme EDF et Philips (Pays-Bas), des PME (Watteco et Polyspace), et des laboratoires de recherche publics (CEA de Grenoble).

L’AII contribue à hauteur de 39 millions d’euros sur un budget total de 88 millions.

- TVMSL (télévision mobile sans limite) : Piloté par Alcatel avec la contribution de Sagem, du CNRS et de plusieurs PME, le programme vise à développer un nouveau standard européen de télévision mobile hybride satellitaire et terrestre. Le système permettra de couvrir par satellite l’ensemble du territoire, d’offrir une dizaine de chaînes auxquelles pourront s’ajouter une vingtaine d’autres grâce à des stations de base. Les premiers essais sont prévus en 2008.

L’AII apporte 38 millions d’euros au projet évalué à 98 millions au total.

- VHD (Voiture hybride diesel électrique) : Mise au point par PSA Peugeot-Citroën, inventeur du procédé, cette voiture fonctionne à la fois au diesel et à l’électricité. Des prototypes existent, mais ils sont encore très coûteux. L’objectif est de développer des composants plus performants et surtout beaucoup moins chers en vue de la mise sur le marché à l’horizon 2010 d’une voiture ne consommant que 3,4 litres tous les 100 km.

Le conseil de surveillance de l’Agence de l’innovation industrielle examinera en mai le financement de ce projet.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :