dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Ecoutes : un républicain menace de couper les vivres à la NSA

Ecoutes : un républicain menace de couper les vivres à la NSA

AFP

vendredi 28 avril 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’influent sénateur républicain Arlen Specter a menacé jeudi de supprimer les crédits de l’Agence de la sécurité nationale (NSA), un organisme du renseignement, pour forcer l’administration Bush à donner plus d’informations sur un programme d’écoutes extrajudiciaires.

Sans remettre en cause la nécessité des écoutes, M. Specter a expliqué qu’il voyait dans cette menace contre le principal organe américain chargé de l’espionnage des télécommunications dans le monde, un moyen de pression sur l’administration pour qu’elle donne des indications suffisamment claires pour que le Congrès puisse voter un loi encadrant les écoutes menées par la NSA aux Etats-Unis depuis l’après 11-Septembre, sur autorisation du président Bush et sans mandat de justice.

"Le président a-t-il fait quelque chose de mal ? très franchement on n’en sait rien parce que nous ne savons pas ce qu’est ce programme", a déclaré M. Specter, critiquant les explications "complètement insuffisantes" fournies par le ministre de la Justice, Alberto Gonzales, lors d’une audition en février.

Se plaignant que le Congrès reste "inerte" devant les tentatives de l’administration pour rogner son pouvoir, M. Specter a espéré que sa menace puisse provoquer un mouvement d’opinion assez fort pour susciter une loi.

"A ce jour je ne suis pas prêt à appeler à bloquer les crédits (de la NSA), mais je crois qu’il est important de faire mieux prendre conscience au public de ce qui se passe, parce que les quatre auditions que nous avons eues, et la dérive de ce dossier sont à mes yeux insuffisants pour préserver les libertés individuelles", a déclaré M. Specter.

M. Specter a par ailleurs indiqué qu’il avait renoncé à organiser un vote de sa commission sur plusieurs projets de loi déposés traitant de ce programme, plusieurs élus jugeant un tel vote prématuré.

La grande organisation de défense des droits civils, l’ACLU (American civil liberties union) a salué cette décision de temporiser : "Le Congrès doit enquêter, non entériner le programme d’écoutes extrajudiciaires du président", a souligné Anthony Romero, directeur exécutif de l’ACLU.

L’initiative de M. Specter intervient au lendemain du vote du budget du renseignement à la Chambre, marqué par une rare fronde de plusieurs élus choqués par le secret entourant le programme d’écoutes, révélé en décembre par le New York Times.

"Pour la première fois de ma carrière parlementaire, je vote contre le budget du renseignement, pour exprimer avec force mon opposition aux justifications des écoutes de la NSA avancées par l’administration Bush", avait déclaré le numéro de la commission du renseignement de la Chambre, la démocrate Jane Harman.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :