jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Malgré les milliards, le flou persiste pour le défense nationale

Malgré les milliards, le flou persiste pour le défense nationale

André Duchesne, la Presse

jeudi 4 mai 2006, sélectionné par Spyworld

logo

On s’y attendait chez les militaires comme dans l’ensemble de la population. Il y a plus d’argent pour la Défense nationale, annonce le nouveau budget, soit 5,3 milliards sur cinq ans dont 1,1 milliard les deux premières années. Mais cette manne reste entourée d’un flou que même les spécialistes ont de la difficulté à expliquer.

Prenons la question très attendue de l’affirmation de la souveraineté canadienne dans l’Arctique. Au cours de la dernière campagne électorale, les conservateurs de Stephen Harper avaient des idées bien arrêtées sur ce sujet : achat de trois brise-glace, construction d’un port en eaux profondes, installation d’un système de radars.

Hier, le Plan budgétaire se limitait à ceci : « Améliorer la capacité des Forces canadiennes de protéger la souveraineté et la sécurité du Canada dans l’Arctique ». Au cours du huis clos, un haut gradé de la défense affecté à répondre aux questions des médias a expliqué qu’il faudrait un certain nombre de mois pour déterminer l’ordre des priorités dans ce dossier.

L’autre annonce importante faite hier est à l’effet que le gouvernement conservateur recrutera 13 000 membres additionnels pour la Force régulière et 10 000 autres pour la Réserve pour un total de 23 000 personnes. Or, il faut comprendre qu’avant d’aller de l’avant avec ce processus, le gouvernement devra compléter le programme d’embauche annoncé l’an dernier par le gouvernement libéral de Paul Martin, soit 5000 nouveaux réguliers et 3000 réservistes.

En principe ce programme aurait dû s’étendre jusqu’à 2011, mais la Défense tente d’accélérer le processus. À noter que l’embauche de 23 000 nouveaux soldats annoncée hier n’inclut pas les 8000 de l’an dernier.

400 millions de plus en 2006-2007

Du montant de 1,1 milliard en argent neuf annoncé pour les deux prochaines années, 400 millions seront investis pour l’année financière 2006-2007 et 725 millions en 2007-2008. Une bonne partie de cette somme ira dans l’embauche et la formation de nouvelles recrues, aux dépenses courantes et à l’achat d’équipements financés sur plusieurs années.

En février 2005, le budget Goodale annonçait 12,8 milliards de plus sur cinq ans. Une somme tellement gigantesque que le chef d’état-major de la Défense, le général Rick Hillier, était venu exprimer sa satisfaction au huis clos. Hier, pas de telle manifestation en dépit des 5,3 milliards en argent neuf investis sur cinq ans.

Chose certaine, les annonces faites l’an dernier ne sont pas abandonnées, à savoir l’achat d’hélicoptères de capacité moyenne, d’aéronefs polyvalents pour l’Arctique, de camions de logistique, etc. À cela, il faut maintenant ajouter l’achat de nouveaux avions de transport à long rayon d’action pour remplacer la flotte vieillissante de Hercules.

Le budget prévoit aussi la construction de nouveaux logements pour héberger les militaires sur les bases, la création de bataillons territoriaux et le rétablissement d’une unité de l’armée de terre en Colombie-Britannique. Cette province n’en comptait plus depuis une dizaine d’années.

Pour investir, il faut aussi économiser. Pour ce faire, le ministre des Finances a annoncé que la Défense procéderait à la transformation de l’administration et à la réduction des frais liés à la structure des grades. Qu’est-ce que tout cela signifie ? Encore une fois, les fonctionnaires qu’on a envoyés au front pour nous répondre n’en avait aucune idée.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :