lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > La Commission européenne veut créer un système d’alerte informatique (...)

La Commission européenne veut créer un système d’alerte informatique dans l’UE

Estelle Dumout, ZDNet France

jeudi 1er juin 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Préoccupée par une protection insuffisante des réseaux dans l’Union, la Commission européenne va passer en revue les politiques de sécurité des Etats membres. Avec l’objectif de créer un système d’alerte et d’information sur les failles informatiques.

La Commission européenne sonne l’heure de la mobilisation contre les pirates informatiques. Dans une communication publiée le 31 mai, Viviane Reding, commissaire en charge de la Société de l’information, en appelle à une coopération étroite à tous les niveaux : des États membres aux particuliers, en passant par les administrations publiques et les entreprises de toutes tailles.

« Dans le passé, les pirates informatiques étaient mus par le désir de se faire valoir alors qu’aujourd’hui, de nombreuses menaces viennent d’activités criminelles inspirées par l’appât du gain », explique-t-elle. « La nature des menaces évolue et notre réaction doit s’adapter. »

L’ensemble des acteurs (entreprises, administrations, grand public) en Europe sous-estiment « les risques liés à une protection insuffisante des réseaux et de l’information », explique la Commission. « La sécurité ne représente actuellement qu’environ 5% à 13% des dépenses dans les technologies de l’information, soit un niveau dont la faiblesse est préoccupante. » Avec le développement de l’internet mobile, et des technologies telles que les RFID, cette situation risque d’empirer, souligne le communiqué.

Première recommandation des instances européennes : il faut favoriser « la diversité, l’ouverture et l’interopérabilité » des systèmes. « Car l’émergence de certaines "monocultures" parmi les plates-formes et les applications logicielles peuvent grandement faciliter la croissance et la dispersion des menaces de sécurité comme les malware et les virus », souligne la Commission. Allusion à peine masquée à Microsoft...

Premier rapport d’étape d’ici à la mi-2007

Pour améliorer la sensibilisation de tous à ces problèmes, Bruxelles veut d’abord recueillir plus de données concernant les failles de sécurité et les moyens de les combattre. Elle va donc passer en revue les différentes politiques de sécurité des réseaux mises en place au niveau des 25 Etats membres et de leurs administrations publiques, afin de dégager les meilleures pratiques.

Une mission confiée à l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (Enisa). Créé en 2005, l’organisme est basé à Heraklion (Crète). Les États membres eux-mêmes sont invités à mener « des partenariats stratégiques », avec les professionnels de la sécurité informatique et la communauté scientifique. L’objectif est de collecter des données sur les failles et les tendances du marché des produits et services sur ce secteur.

À partir de ces résultats, l’Enisa doit examiner la possibilité de créer « un système européen d’alerte et de partage d’information », explique Bruxelles. Un système qui passe en priorité par la mise en place d’un portail européen multilingue pour fournir des informations sur les risques, les menaces et les alertes.

La Commission rendra un rapport au Conseil et au Parlement européens courant 2007, sur l’avancée de ces travaux.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :