lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Rumsfeld appelle la Chine à "démystifier" son budget militaire

Rumsfeld appelle la Chine à "démystifier" son budget militaire

mardi 6 juin 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, a appelé samedi la Chine à "démystifier" son budget militaire dont la hausse inquiète les Etats-Unis.

"La Chine trouverait avantage à démystifier les raisons pour lesquelles elle investit ce qu’elle investit", a déclaré M. Rumsfeld dans un discours prononcé lors du "Dialogue Shangri-la", un rassemblement tenu chaque année depuis 2002 à Singapour et consacré à la défense et à la sécurité.

Pékin a le droit de décider de la manière de dépenser ses ressources mais le reste du monde doit pouvoir comprendre ses intentions, a estimé le responsable.

Un rapport du Pentagone avait le mois dernier accusé la Chine de dépenser deux à trois fois plus que les 35 milliards de dollars publiquement annoncés. Cet effort militaire s’inscrit avant tout dans le cadre des inquiétudes entourant une éventuelle déclaration formelle d’indépendance de Taïwan mais elle représente également une menace potentielle pour les Etats-Unis, à plus long terme, avait averti le Pentagone.

M. Rumsfeld n’a pas voulu rentrer dans le débat sur cette menace potentielle mais il a souligné que la Chine ne pouvait "pas connaître à la fois la réussite économique... tandis que des gens s’inquiètent à propos d’un mystère sur ce qu’ils considèrent comme un comportement troublant".

"Si le reste du monde voit dans la Chine un comportement mystérieux et potentiellement menaçant, cela tend à affecter la volonté d’investir", a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs fait part de ses inquiétudes quant à l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), regroupement dominé par Moscou et Pékin, qui doit tenir son sommet le 15 juin dans la capitale économique et financière chinoise.

Créée il y a dix ans, l’Organisation compte six pays membres (Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan et Ouzbékistan). Elle est souvent présentée comme une tentative de faire contrepoids aux Etats-Unis en Asie centrale.

M. Rumsfeld a en particulier critiqué l’invitation tendue à l’Iran, qui a un statut d’observateur au sein de l’OCS, à se joindre au sommet du 15 juin.

"Il est étrange de vouloir amener au sein d’une organisation qui se dit contre le terrorisme... un des pays les plus engagés dans le terrorisme : l’Iran", a-t-il lancé.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :