lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La Corée du Nord menace de "punir" les Etats-Unis accusés d’espionnage

La Corée du Nord menace de "punir" les Etats-Unis accusés d’espionnage

AFP

lundi 12 juin 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’Etat major de l’aviation nord-coréenne a menacé dimanche de "punir" les Etats-Unis accusés d’avoir mené des vols d’espionnage sur son territoire, selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

"L’aviation (nord-coréenne) lance un avertissement sérieux aux impérialistes américains qu’elle punira sévèrement les agresseurs si leurs avions continuent leurs incursions illégales dans notre espace aérien... pour des missions d’espionnage", indique le communiqué.

Pyongyang accuse les Etats-Unis d’avoir conduit des opérations à l’aide d’avions de reconnaissance RC-135 les 6, 8 et 10 juin.

"Ils devraient garder à l’esprit le misérable destin de leur EC-121 dans les années 1960", ajoute le texte.

Le 15 avril 1969, des jets nord-coréens avaient abattu un appareil américain EC-121 au-dessus de la mer du Japon faisant 31 morts.

En 1968, la Corée du Nord s’était emparée d’un navire espion américain croisant au large de ses côtes orientales et son équipage avait été retenu par Pyongyang pendant un an.

Chaque mois, la Corée du Nord tient des statistiques et accuse les Etats-Unis de mener des opérations d’espionnage à l’aide de drones afin de préparer l’invasion du pays, ce que que Washington dément.

La guerre de Corée, qui a abouti en 1953 à la partition de la péninsule, s’est achevée sur un simple armistice. Aucun traité de paix n’est venu normaliser les relations entre les deux Corée dont la frontière constitue aujourd’hui le dernier vestige de la guerre froide.

La tension dans la péninsule coréenne s’est accentuée depuis octobre 2003 après l’annonce par Washington de l’existence d’un programme secret de recherche nucléaire poursuivi par Pyongyang en violation avec l’accord de 1994 gelant ses installations atomiques.

Des pourparlers à six (Etat-Unis, Russie, Chine, Japon et les deux Corée) ont abouti, le 19 septembre 2005, à un accord au terme duquel le régime communiste s’engageait à renoncer à l’arme atomique en échange d’une aide dans le secteur énergétique et de garanties de sécurité.

Mais Pyongyang a ensuite, dans un énième revirement, affirmé qu’il ne renoncerait au nucléaire qu’après avoir obtenu un réacteur à eau légère à usage civil.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :