samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Enquête sur l’espionnage américain

Enquête sur l’espionnage américain

AFP

samedi 24 juin 2006, sélectionné par Spyworld

La ministre de la Justice, Laurette Onkelinx, a ouvert une double enquête sur l’espionnage par le gouvernement américain des transactions financières internationales passant par l’intermédiaire Swift, basé en Belgique.

Laurette Onkelinx dément avoir été au courant de l’affaire avant qu’elle ne soit révélée vendredi par la presse américaine, a déclaré cette porte-parole, Anaïk De Voghel. Une fois informée, la ministre de la Justice a directement demandé un rapport à la Sûreté de l’Etat sur ces informations, a ajouté Mme De Voghel.

La ministre a aussi chargé la Cellule de Traitement des Informations Financières (CTIF), de faire une analyse juridique pour voir si tout ce qui a été fait l’a été dans le respect des règles du droit belge, a précisé la porte-parole. La CTIF est une autorité administrative indépendante créée par le gouvernement belge en 1993 dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent d’origine criminelle.

Selon le journal De Standaard, la banque centrale et son gouverneur, Guy Quaden, étaient "au courant depuis au moins quelques mois" de cette surveillance, révélée vendredi par la presse américaine, qui s’inquiète de possibles atteintes à la vie privée. Selon le Standaard et deux autres journaux flamands, Het Volk et Het Nieuwsblad, la BNB aurait elle-même mis au courant "fin avril" et de manière informelle, le ministre des Finances, Didier Reynders. La ministre de la Justice, Laurette Onkelinx, aurait aussi été informée des pratiques des Américains, ajoute De Standaard, qui indique que l’information a également circulé dans le "petit monde financier belge". En revanche, le Premier ministre, Guy Verhofstadt, a indiqué qu’il avait entendu parler pour la première fois de cette affaire lors de la publication vendredi matin d’articles dans la presse américaine.

Les porte-parole de la Banque nationale belge et des ministres cités dans la presse flamande n’étaient pas joignables samedi pour commenter l’information. L’espionnage des transactions financières par Washington s’inscrit dans le cadre de sa lutte contre le terrorisme, à l’instar du programme d’écoutes controversé des citoyens américains.

Swift est une entreprise installée en Belgique qui joue un rôle d’intermédiaire pour la plupart des transactions financières mondiales. Swift (Society for Worlwide Interbank Financial Telecommunication) ne gère pas les transferts, mais les informations sur ces transferts, pour le compte de 7.800 organismes financiers.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message