lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Enquête sur le New York Times concernant l’espionnage transactions (...)

Enquête sur le New York Times concernant l’espionnage transactions bancaires

7sur7.be

lundi 26 juin 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Un membre du Congrès américain a demandé, dimanche, que la justice ouvre une enquête sur le New York Times qui a révélé un programme secret d’espionnage des transactions financières internationales mis en place depuis cinq ans par le gouvernement américain.

Le représentant républicain Peter King, de l’Etat de New York, qui préside la commission de sécurité interne de la Chambre, a qualifié de "scandaleuse" l’attitude du quotidien new-yorkais qui, selon lui, viole les lois américaines sur le contre-espionnage. "Le New York Times place ses propres priorités arrogantes, élitistes et de gauche avant les intérêts du peuple américain", a déclaré le parlementaire.

"Je demande au ministre de la Justice d’ouvrir une enquête et d’engager une procédure pénale contre le New York Times, ses journalistes, les rédacteurs qui ont travaillé sur le dossier et l’éditeur responsable", a ajouté M. King. Il a accusé le quotidien d’avoir "compromis la politique antiterroriste de l’Amérique" pour la deuxième fois en moins d’un an.

Le NYT a été l’un des journaux américains à révéler, vendredi, que le gouvernement avait espionné des transactions financières internationales depuis près de cinq ans au nom de la lutte contre le terrorisme. Le gouvernement américain avait confirmé le jour même l’existence de ce programme secret, lancé après les attentats du 11 septembre 2001, et défendu sa légalité.

"Je suis particulièrement fier de notre programme de chasse aux financements du terrorisme", avait alors affirmé le secrétaire au Trésor John Snow. Cette surveillance était menée par le biais de Swift, une société basée en Belgique par laquelle transitent la plupart des transactions financières mondiales. En décembre, le New York Times avait déjà révélé que le président George W. Bush avait autorisé l’Agence de sécurité nationale à mettre sur écoute téléphonique des milliers de citoyens.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :