mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Les blogs : outils de veille sous-estimés

Les blogs : outils de veille sous-estimés

Ludovic TICHIT, JDN Solutions

jeudi 29 juin 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Comme le Web il y a quelques années, les blogs pourraient bien révolutionner les méthodes de veille des professionnels. En quoi ces outils complètent-ils la panoplie du veilleur ? Quels sont les pièges à éviter ?

La société Digimind a récemment consacré une étude sur le sujet. Titrée "Blogs et RSS : des outils pour la veille stratégique", elle dresse un état des lieux des outils existants et de leur utilité dans le cadre de la veille pour les professionnels.

Avant de s’intéresser au contenu des 40 à 60 millions de blogs dans le monde, connaître leurs rédacteurs donne une idée de ce qu’il est possible de trouver sur la blogosphère. Selon l’étude de Médiamétrie "La blogosphère en ébullition" parue en décembre 2005, la population des bloggers est très jeune : plus de 80% des rédacteurs de journaux en ligne ont entre 11 et 24 ans. Et 54% sont de sexe féminin.

Leurs créations se divisent en plusieurs catégories parmi lesquelles Digimind en retient quatre comme potentiellement utiles à la veille : le blog "journal intime", le blog d’actualité et d’opinion, le blog thématique et le blog d’entreprise. Tous n’auront pas la même utilité en fonction du type de recherche et du secteur professionnel du "veilleur".

La veille est souvent une affaire de tendances : le journal intime et le blogs d’actus sont pour cela deux outils qui permettent de les anticiper ou de les suivre mais rarement de les approfondir. Un journal intime (ou blog introspectif) pourra par exemple être utile en termes de veille marketing sur une population donnée.

Les blogs d’actus ne sont utiles que si l’information y est analysée, même si leur rédacteur n’est pas journaliste professionnel ou spécialiste du sujet. "Un blog de liens vers les articles d’autres sites n’est pas très utile au veilleur", ironise Olivier Ertzscheid, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes.

Moins "amateurs", les blogs thématiques et d’entreprises paraissent à la fois plus crédibles et plus pertinents. Les thématiques sont généralement rédigées par des passionnés ou des experts autour d’un thème en particulier, parfois extrêmement pointu. Ils permettent au veilleur de s’informer sur le thème.

Les blogs d’entreprises vont quant à eux fournir des éléments très différents en fonction de leurs rédacteurs : le service communication pour les blogs corporate, le service marketing pour les blogs autour des marques et des produits ou les simples blogs des salariés, qui ont pour avantage d’humaniser des entreprises parfois composées de plusieurs dizaines milliers de personnes.

Dans tous les cas, les blogs offrent des avantages en termes de veille que le Web était jusque là incapable d’offrir : réactivité, densité d’informations et interactivité. Réactivité d’abord par le format de publication : le billet (nom donné aux publications des rédacteurs de blogs) est souvent très court et du domaine de l’instantané.

Réactivité ensuite par sa visibilité quasi instantanée : les nouveautés sont indexées en quelques minutes alors que plusieurs jours sont généralement nécessaires pour les sites Web classiques.

La densité des liens constitue également une force de la blogosphère. La plupart des blogs renvoient en effet vers des sites Web ou d’autres blogs traitant du même sujet. "Il est alors très simple de se créer une ’A-liste’, blogs à visiter en priorité, sur un thème donné", assure l’universitaire nantais.

Pour Joël Ronez, consultant indépendant spécialisé, "par sa simplicité de publication, le phénomène de blogs a donné la parole à ceux qui ne l’avaient pas. La blogosphère est en cela une source d’informations inestimable, notamment d’experts qui partagent leurs connaissances d’un sujet".

Interactivité enfin grâce à la possibilité pour les lecteurs, comme pour le veilleur, de poster des commentaires, pour réagir sur le billet voire pour obtenir des informations complémentaires.

Bien sûr, la veille sur les blogs peut atteindre ses limites. Ainsi, comme c’est le cas dans toute démarche de recherche d’informations, le lecteur devra rester critique face à l’information fournie, notamment en recoupant ses sources.

Pour Olivier Ertzscheid, la "surcharge d’informations" peut être un risque, même s’il existe des stratégies pour y remédier, tels que les métaflux qui permettent d’agréger plusieurs flux de données sur un même sujet. En revanche, Joël Ronez estime que "l’abondance d’informations ne masque pas forcément la bonne information : le lecteur doit filtrer les données qui lui arrivent grâce à des filtres techniques mais également à son esprit critique".

Savoir que l’information existe, c’est bien. La trouver, c’est mieux (lire le tableau ci-dessous). Pour cela, plusieurs possibilités : la recherche classique via les moteurs, la navigation, les fils RSS mais aussi, et plus surprenant, tenir son propre blog.

Lire la suite


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :