mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Quand al-Qaida tentait de s’infiltrer au MI-5 ...

Quand al-Qaida tentait de s’infiltrer au MI-5 ...

Le Figaro

mardi 4 juillet 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Ces derniers mois, des sympathisants de l’organisation terroriste ont profité de la vaste campagne de recrutement lancée par les services de renseignement et de contre-espionnage britanniques, pour tenter de les noyauter. En vain.

Cela pourrait faire l’objet d’un nouvel album Blake et Mortimer, la BD d’E.P. Jacobs qui a contribué à rendre fameux les services secrets de sa Majesté... D’après des médias britanniques, le quotidien Guardian et la radio BBC, plusieurs « taupes » ont tenté de tirer profit d’une grande campagne de recrutement lancée par le MI-5 pour s’y faire intégrer, à commencer par des sympathisants d’al-Qaida.

Les candidats aux intentions malveillantes ont toutefois butté sur un obstacle : les six à huit mois d’enquête fouillée menée sur chacun des 100.000 candidats postulant pour les 400 postes créés. Malgré l’ampleur de ces révélations effectuées par des sources de sécurité, lundi soir selon le Guardian, aucune information ne précise les nombres et les éléments précis ayant permis aux recruteurs de démasquer les imposteurs. Quant au ministère de l’Intérieur qui chapote le MI-5, il n’a pas souhaité confirmer ou infirmer ces informations.

Pour postuler, il faut parler arabe, bengali, somalien

Hasard du calendrier ou non, ces informations ont été révélées trois jours avant le premier anniversaire officiel des attentats du 7 juillet à Londres qui avaient fait 56 morts et plus de 700 blessés. Les services de renseignement et de contre-espionnage britanniques retranchés à Thames House à Londres, ont lancé depuis cette date un plan de recrutement à grande échelle qui devrait faire doubler ses effectifs d’ici à deux ans, en passant à 3.500 employés. La semaine dernière, une commission parlementaire sur le contre-espionnage avait justement mis en garde contre les risques d’embaucher tant de nouvelles recrues. Ce plan d’action vise à prévenir davantage les attaques terroristes et prend notamment pour cible les musulmans britanniques. Parmi les profils particulièrement recherchés, le MI-5 privilégie les personnes capables de parler arabe, bengali, somalien ou encore un dialecte kurde appelé sorani. Pour ce faire, les services de la Reine font même une publicité accrue sur leur site internet.

Créé en 1909, ce bureau de contre-espionnage s’est particulièrement fait connaître dans sa lutte contre le régime communiste, lors de la Guerre froide ou contre des activistes irlandais. Mais depuis les attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, le gouvernement a choisi de recentrer son action contre les militants islamistes.

JPEG - 13.1 ko

Les services du MI-5, créés en 1909, sont situés à Thames House, à Londres. (DR)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :