dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La CIA a dissous l’« unité Ben Laden »

La CIA a dissous l’« unité Ben Laden »

Arnaud de La Grange, le Figaro

mercredi 5 juillet 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Cette décision reflète une nouvelle appréciation de la menace terroriste, plus décentralisée.

L’HOMME VAUT TOUJOURS 25 millions de dollars mais l’équipe de tueurs lancée à ses trousses a été dispersée. La cellule de la CIA chargée de capturer Ben Laden, mort ou vif, a été dissoute il y a quelques mois. Selon le New York Times, qui a révélé l’information hier, ses membres ont été réaffectés à des tâches plus générales, au sein du Centre antiterroriste de la centrale de renseignement américaine.

La « cellule Ben Laden » fonctionnait depuis dix ans, bien avant le 11 septembre, bien avant même que le chef d’al-Qaida ne soit propulsé sur l’avant-scène terroriste. A l’époque, Ben Laden avait été remarqué par ses appels au « djihad global » et cette cellule fonctionnait comme des dizaines d’autres. Deux douzaines d’agents y avaient été affectés.

L’unité était dénommée « Alec Station », un clin d’oeil au fils du premier chef de l’unité, Michael Scheuer. Pour ce dernier justement, jeune retraité de la CIA, la dissolution de la cellule reflète l’état d’esprit régnant actuellement dans l’agence, selon lequel Ben Laden ne serait plus la menace qu’il a été. « C’est une erreur, a-t-il déclaré au New-York Times, cette décision dévalorise nos actions contre al-Qaida. Aujourd’hui, Ben Laden et son organisation ont tendance à être considérés comme une menace parmi les autres. » Une allusion au recentrage, depuis deux ans, des ressources des services de renseignement « civiles » comme du Pentagone sur l’Irak et ses acteurs directs.

A Langley, au siège de la centrale d’espionnage, on se défend de la moindre baisse d’intérêt pour le patron d’al-Qaida, qui vient de se manifester de nouveau par un message audio il y a quelques jours. « Les efforts pour trouver Ben Laden sont aussi intenses que jamais, a déclaré Jennifer Millerwise, un porte-parole de la CIA, mais nous sommes une agence souple et la décision a été prise pour rendre la traque plus vaste et plus efficace. »

Cette décision reflèterait une nouvelle appréciation américaine de la menace djihadiste. « Notre perception d’al-Qaida a beaucoup évolué », a expliqué sous couvert de l’anonymat un responsable de la CIA, reconnaissant qu’elle avait trop longtemps été vue comme une organisation hiérarchisée et centralisée. Les maîtres espions ont pris acte de la multiplication des attentats commis par des éléments indépendants, ne se référant qu’idéologiquement à al-Qaida.

S’intéresser à la base

« Il y a une prise de conscience, chez certains membres de l’administration américaine, du changement d’approche nécessaire dans la lutte antiterroriste, expliquait il y a quelques mois au Figaro, Gary Lafree, responsable du programme Start (Centre national pour l’étude du terrorisme et de la réponse au terrorisme), ils réalisent qu’on ne peut se focaliser sur un petit nombre de gens impliqués dans l’islam activiste, en haut de la pyramide, mais qu’il faut s’intéresser à la base de cette pyramide. A tous ces jeunes, qui, même si les dirigeants sont arrêtés, recevront leur message et passeront à l’action. » Le projet Start, lancé il y a un an, est financé par le Département américain de la sécurité intérieure. Hébergé par l’université du Maryland, il a pour but de faire monter en ligne, aux côtés des commandos, policiers et agents de renseignement, psychologues, sociologues, anthropologues et autres spécialistes des sciences sociales.

Un long chemin reste cependant à faire. Interrogé sur l’évolution de la « guerre contre la Terreur » menée par l’administration Bush, l’ancien agent secret Michael Scheuer a répondu sans détours : « Il est clair que nous la perdons. Le seul allié indispensable d’al-Qaida, c’est la politique étrangère américaine envers le monde islamique ! »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :