mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Les patrons du CAC dénoncent le "patriotisme économique"

Les patrons du CAC dénoncent le "patriotisme économique"

LExpansion.com

mercredi 5 juillet 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La doctrine économique du Premier ministre nuirait à l’attractivité de la France. C’est du moins là l’avis d’une poignée de patrons du CAC 40, réunis à la faveur de la conférence annuelle d’Europlace, l’association chargée de promouvoir la place financière de Paris.

Le « patriotisme économique » cher à Dominique de Villepin indispose visiblement de plus en plus nombre de grands patrons du CAC. Or, de Danone à Arcelor, de Vinci à EADS en passant par Suez et GDF, le gouvernement a eu depuis un an pléthore de dossiers sensibles pour délivrer son message teinté de protectionnisme.

Lors de la traditionnelle conférence annuelle d’Europlace, l’association chargée de la promotion de la place financière de Paris, certaines voix se sont ainsi élevées pour stigmatiser en termes feutrés ou plus véhéments la doctrine économique du Premier ministre. Gérard Mestrallet, le PDG de Suez, a rappelé par exemple qu’il « y a un fossé entre l’impression donnée et la réalité du projet de fusion avec GDF ». Et le même d’ajouter par la suite : « Il est vrai que la France ne donne pas une image idéale ».

René Carron, le président du Crédit Agricole, y alla aussi de son couplet sur le patriotisme économique : « Faisons-le davantage et parlons-en un peu moins ». Autre ruade du patron de la banque verte : « Le fait d’être un actionnaire donne bien sûr le droit d’être exigeant. Il y a la manière. Il n’est pas utile d’avoir des conférences qui vous emmènent au-delà de vos fonctions ». Tout comme Henri de Castries, le dirigeant d’AXA pour qui « patriotisme est un mot très important. L’utiliser improprement, l’utiliser pour dissimuler le protectionnisme est une grave erreur ».


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :